Une vague de harcèlements marque le second anniversaire de l'expulsion des Bushmen du Kalahari

Le gouvernement du Botswana marque le second anniversaire de l'expulsion des Bushmen Gana et Gwi de leur territoire en exerçant à nouveau des répressions à leur encontre.

Le week-end dernier, des fonctionnaires du département de la Faune et la Flore ont arrêté sept Bushmen accusés d'avoir chassé près du sinistre camp de "relocalisation" où ils sont désormais parqués. Menacés par les armes, plusieurs Bushmen ont été forcés d'avouer avoir chassé et contraints, sous l'influence d'alcool et de cannabis fournis par les fonctionnaires, de dénoncer les autres chasseurs.

Suite aux tensions causées par ce harcèlement, les fonctionnaires qui sont hier retournés en grand nombre dans le camp ont été accueillis par des jets de pierre. Les chasseurs Bushmen inculpés risquent jusqu'à deux années de prison.

Excepté les maigres résultats de la chasse pratiquée dans les environs du camp, les Bushmen sont presque totalement dépendants de l'aide alimentaire fournie par le gouvernement.

Un porte-parole Bushmen, joint par téléphone satellite, a déclaré hier à Survival "les fonctionnaires pénètrent dans nos maisons en nous menaçant avec leurs armes. Faites savoir au monde entier ce qui se passe ici".

Pour plus d'information, contacter :
Magali Rubino :  01 42 41 44 10 ou [email protected]