'Nous installons ces gens... là ou nous voulons qu'ils soient'

La semaine dernière, à Londres, le ministre des Affaires étrangères du Botswana a admis, dans un surprenant écart de langage, que son gouvernement avait bien déporté les Bushmen malgré eux.

Interrogé par des étudiants à l'issue d'une conférence donnée à la London School of Oriental and African Studies, le général Mompati Merafhe a dans un premier temps dénié que les Bushmen de la Réserve centrale du Kalahari avaient été expulsés de leur terre, pour finalement reconnaître : ‘nous installons ces gens… là où nous voulons qu'ils soient'.

Le ministre a dû affronter les questions embarrassantes de plusieurs étudiants à propos de l'expulsion, par son gouvernement, des Bushmen du Kalahari. Les étudiants, choqués, ont rapporté à Survival que Mompati Merafhe a prétendu que le Botswana tenait à ce que ‘les Bushmen jouissent des meilleures choses de la vie, qu'ils puissent par exemple conduire des Cadillac… Pourquoi devraient-ils continuer à vivre en communion avec la flore et la faune ?'

Stephen Corry, directeur de Survival, a déclaré aujourd'hui : ‘Le ministre a fini par admettre ce que tout le monde sait déjà depuis longtemps : les Bushmen ont bien été expulsés de leur terre ancestrale contre leur volonté.'

Photos disponibles.
Pour plus d'information, contacter :
Magali Rubino :  01 42 41 44 10 ou [email protected]