Disparition du premier député indien

Mário Dzuru'rã Juruna est mort le 17 juillet 2002. Indien xavante, il est élu en 1982 premier député fédéral indien. Il est resté célèbre pour avoir toujours sur lui un magnétophone avec lequel il enregistrait les déclarations et les promesses des hommes politiques pour pouvoir les confondre ultérieurement. En 1983, il publie un livre : ‘L'Indien au magnétophone' dans lequel il révèle les promesses non tenues des autorités. La même année, il est menacé d'être expulsé de la Chambre fédérale des députés au cours d'un discours incendiaire dans lequel il dénonce la dictature militaire et accuse les ministres d'être  ‘corrompus',  ‘voleurs', ‘incapables' et ‘sans vergogne'.

En 1980, il est élu président du jury du IVe Tribunal Russel, à Rotterdam, qui traite du génocide subi par les Indiens d'Amérique. Le pouvoir militaire refuse de lui délivrer un passeport prétextant qu'il est légalement ‘mineur' (comme tous les Indiens du Brésil selon une loi de 1609) et ‘incapable' d'entendre les preuves des crimes perpétrés contre les Indiens du Brésil.  Juruna, qui est finalement autorisé à voyager à la suite de la pression d'organisations internationales de droits de l'homme, n'arrive au tribunal que l'avant-dernier jour du jugement sous l'accueil tumultueux des membres du jury.

Il est mort à Brasilia des suites d'une crise de diabète, une maladie dont souffrent de nombreux Indiens entrés en contact avec la société blanche et son alimentation. Il a été enterré au cours d'une cérémonie traditionnelle xavante dans le village de Namunkará, situé dans la réserve xavante de São Marco dans l'Etat du Mato Grosso. Un porte-parole xavante a déclaré : 'Nous pleurerons pour lui, comme nous le faisons avec tous nos morts.'