Finsbury remporte le prix de la 'Communication la plus désastreuse de l'année'

Deux Navi manifestent durant lassemblée générale de Vedanta en 2010.
Deux Navi manifestent durant lassemblée générale de Vedanta en 2010.
© Survival

A la veille de la remise du PR Week Award, un prix récompensant au Royaume-Uni les meilleures agences de relations publiques et de communication, Survival International a décerné le prix de la ‘Communication la plus désastreuse de l’année’ à Finsbury et à son fondateur Roland Rudd, pour leur collaboration avec la compagnie minière britannique Vedanta.

Finsbury, l’une des plus grandes agences de communication stratégique du monde, a été engagée par la compagnie Vedanta Resources qui a été la cible d’une campagne d’envergure internationale visant à déjouer son projet d’exploitation minière dans les collines de Niyamgiri, en Inde. La mine aurait eu un impact dévastateur sur la tribu des Dongria Kondh qui vivent dans cette région.

La bataille médiatique qui a suivi la campagne internationale de Survival contre la conduite scandaleuse de Vedanta vis-à-vis des Dongria Kondh, a lourdement terni sa réputation : les médias internationaux n’ont pas hésité à la décrire comme ‘la compagnie la plus détestée au monde’ et son projet minier est devenu extrêmement controversé.

Survival a réuni les preuves des abus perpétrés par Vedanta en Orissa, dont son atteinte au droit des Dongria Kondh d’être dûment consultés sur les projets qui les affectent. Ces révélations ont non seulement incité plusieurs investisseurs, dont l’Eglise d’Angleterre, à se retirer du capital de Vedanta mais ont conduit le gouvernement britannique à publier un rapport accablant sur la conduite de la compagnie minière.

Quelques points clé de la campagne de Survival :
• Plus de 10 000 lettres ont été envoyées par les sympathisants de Survival au gouvernement indien.
• 650 000 internautes ont visionné en ligne le film ‘Mine : Histoire d’une montagne sacrée’ sur le site internet de Survival.
• Plusieurs personnalités dont les acteurs britanniques Joanna Lumley et Michael Palin, ont publiquement dénoncé le projet de Vedanta.
• La manifestation, en juillet dernier, de deux Na’vi du film Avatar de James Cameron durant l’assemblée générale de Vedanta, à Londres, a fait l’objet d’une couverture médiatique mondiale de grande ampleur.

Le 24 août dernier, le ministre indien de l’Environnement, Jairam Ramesh, a gelé le projet minier, déclarant que la compagnie avait fait preuve d’un ‘flagrant mépris’ pour les droits des Dongria Kondh. Le jour de la victoire a été marqué par une importante chute des actions de Vedanta.

Jo Woodman, chargée de campagne de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘Finsbury était convaincue des ’bonnes pratiques’ de Vedanta, mais elle était la seule à l’être – la plupart des gens, des comités d’experts au gouvernement même, condamnaient le ‘mépris total de la loi’ affiché par la compagnie’.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré : ‘Les gouvernements et les compagnies qui bafouent les droits de l’homme se cachent souvent derrière des agences de communication et des éminences grises. Il en résulte toujours une perte d’argent pour le contribuable ou l’actionnaire : lorsque les militants de droits de l’homme découvrent la vérité, elle ne peut pas passer inaperçue’.