Le gouvernement pris en défaut

Dans le procès qu'intentent les Bushmen, un témoin du gouvernement a admis
hier devant la Cour qu'il n'y avait aucune preuve que les Bushmen vivant
dans la Réserve du Kalahari y chassaient au moyen de fusils et de véhicules
et qu'ils dépassaient leur quota de gibier.
 
Le gouvernement a pourtant justifié à plusieurs reprises l'expulsion des
Bushmen en prétendant que ces derniers ‘avaient radicalement changé leur
mode de vie traditionnel' en chassant désormais à l'aide de puissantes
carabines du haut de véhicules 4×4.
 
Le témoin, Joseph Malthare, ancien directeur du Département de la faune et
la flore, n'a pu maintenir ses allégations selon lesquelles les Bushmen
avaient un impact négatif sur l'écosystème de la Réserve, avant leur
expulsion en 2002.
 
Quand on lui a demandé si l'exploitation minière dans la Réserve
n'entraînerait pas également des perturbations inacceptables sur le plan
écologique, Malthare a répondu : ‘Je ne vois pas ce que vous insinuez par
acceptable ou inacceptable. Si l'exploitation minière doit avoir lieu, il
faudra accepter les perturbations
'.
 
Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd'hui :
‘Le gouvernement du Botswana et la compagnie De Beers ont prétendu que les Bushmen chassaient dans la Réserve à l'aide de carabines et de 4×4. Cette insinuation fausse et préjudiciable vient d'être démentie devant la Cour. Il est tragique qu'il ait fallu un procès onéreux pour qu'ils l'admettent enfin'.


Pour plus d'informations  
Magali Rubino,  01 42 41 44 10 / [email protected]