Deux morts et 40 blessés dans une attaque policière au Panama

Un jeune ngobe-buglé est blessé après des affrontements avec la police au Panama

Un jeune ngobe-buglé est blessé après des affrontements avec la police au Panama

© Survival

Une manifestation d’une semaine a pris brutalement fin dimanche 5 février après une charge policière sur un groupe d’Indiens ngobe-buglé dans la province de Chiriqui à l’ouest du Panama.

Les manifestants avaient bloqué une partie de la route pan-américaine, la principale liaison de transport entre les Amériques. La police est intervenue avec des gaz lacrymogènes, obligeant la foule à se disperser.

Jerónimo Rodríguez Tugrí, un Indien ngobe-buglé, a été abattu et 40 autres ont été blessés.

Un autre jeune homme, Mauricio Méndez, âgé de 16 ans, a été retrouvé mort près du site d’un autre manifestation indienne. Les circonstances de ces décès restent floues.

Les protestations ont été déclenchées par la crainte qu’une nouvelle législation gouvernementale n’ouvre le territoire des Ngobe-Buglé à des projets de barrage hydroélectrique et miniers.

Le gouvernement panaméen et sa police ont été unanimement condamnés pour usage excessif de la force contre les Indiens.

Les Nations-Unies ont annoncé à la presse que le Rapporteur spécial sur les peuples autochtones, James Anaya, doit se rendre très prochainement au Panama.

Les manifestants et les autorités ont convenu de se retirer de la région mardi dernier, tandis qu’une enquête approfondie sur les incidents est en cours.