Les victimes de torture témoignent

Sept Bushmen ont été torturés par des fonctionnaires du Département de la faune et la flore dans le camp de relocalisation de Kaudwane, près de la Réserve du Kalahari central.

Les victimes, âgées de 26 à 57 ans, sont Tsuo Tshiamo, Meno Tshiamo, Helelo Tshiamo, Kganne Kgadikgadi, Sabokana Morwalela, Letshwao Nagayame et Moarama Nagayame.

Le plus âgé, Letshwao Nagayame (57 ans), a été menotté et pendu par les pieds à un poteau. Alors qu'il essayait de prendre appui sur ses mains, les fonctionnaires ont piétiné ses doigts, l'ont roué de coups et violemment frappé sur les parties génitales. Il a été incapable d'uriner pendant plusieurs jours et marche aujourd'hui avec difficulté.

Il a déclaré : « Ils nous ont sévèrement frappés. J'ai cru qu'ils voulaient nous tuer. Je suis âgé mais ils n'en ont pas tenu compte, ils m'ont menotté et suspendu par les pieds avec une corde à un poteau, la tête et les mains ballantes, les doigts effleurant le sol en ciment ».

« Les fonctionnaires ont tiré sur mes testicules et mon pénis, m'ont frappé, m'ont donné des coups de pied pendant qu'un homme écrasait mes doigts sur le sol ».

Kganne Kgadikgadi a raconté : « On nous a fait courir devant une voiture ; quand les coups ont été trop durs à supporter, j'ai amené nos assaillants à un endroit où j'avais caché du biltong [de la viande] séché dans un petit sac plastique ».