L'UE et la banque mondiale ne parviennent pas à protéger les Awá

Le Brésil viole sa propre Constitution et la Banque mondiale est en contradiction avec ses directives opérationnelles en n'ayant toujours pas démarqué le territoire des Indiens awá, alors que des fonds sont disponibles à cet effet depuis 18 ans. Cette situation a provoqué la mort d'un grand nombre d'Awá non contactés et la destruction de leur territoire. La démarcation est en grande partie bloquée par des hommes d'affaires et des politiciens possédant de grandes exploitations sur la terre des Awá. Une ligne de chemin de fer, financée par l'Union européenne, qui longe le territoire awá a permis la colonisation de la région, rendant les Indiens très vulnérables aux maladies et à la violence.

Survival vient d'apprendre que l'aide financière octroyée pour la démarcation expire le 30 juin 2000, 18 ans après avoir été attribuée au Brésil dans le cadre d'un prêt de la Banque mondiale pour le développement du projet minier de Carajás. Une des conditions de ce prêt était la démarcation par les autorités brésiliennes de tous les territoires indiens. Pourtant, les terres des Awá n'ont toujours pas été démarquées et ce peuple de chasseurs-cueilleurs doit faire face à l'invasion des colons, bûcherons et propriétaires de ranch.

Bien que la Banque mondiale n'ait pas réussi à s'assurer que le Brésil et la compagnie minière CVRD adhéraient aux conditions du prêt du projet Carajás, elle prépare d'autres prêts dans la région.

Les Awá représentent un des derniers groupes de chasseurs-cueilleurs au Brésil. Ils sont aujourd'hui moins de 400, dont 150 encore non contactés, vivant en petits groupes mobiles dans la forêt amazonienne. Les attaques contre les groupes nomades sont fréquentes et les survivants racontent comment les Awá ont été tués par armes à feu ou empoisonnés par les bûcherons et propriétaires de ranch.

La directive opérationnelle de la Banque mondiale sur les peuples indigènes (par. 15c) indique clairement que la reconnaissance de la terre des peuples indigènes ou de leurs droits territoriaux est un préalable obligatoire à tout projet d'implantation impliquant des peuples indigènes.  La Banque mondiale revoit actuellement sa politique envers les peuples indigènes. Malheureusement, une première version laisse présager que la nouvelle politique sera moins contraignante.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré : ‘Il est scandaleux qu'aujourd'hui, alors que le Brésil célèbre le 500ème anniversaire de l'arrivée des Portugais, les Awá soient décimés de la même façon qu'ils l'ont été il y a cinq siècles. Nous pensons que si aucune action n'est rapidement menée, la survie des Awá en tant que peuple sera compromise'.