Des Indiens nomades fuient la guerre de la drogue

150 Indiens appartenant à l'un des derniers groupes nomades d'Amazonie, pris en étau dans la guerre de la drogue qui sévit en Colombie, ont été forcés de quitter leur territoire.

De nombreux membres de la guérilla d'extrême gauche se sont installés sur les terres des Indiens et combattent l'armée colombienne et les groupes paramilitaires d'extrême droite, toutes les parties essayant de contrôler le lucratif marché de la drogue qui prolifère dans la région.

Les Indiens font partie du groupe des Nukak-Makú, qui vivent en Amazonie colombienne orientale. Ils sont entrés en contact avec le monde extérieur en 1988. Le groupe ne compte plus aujourd'hui que 500 membres environ, la moitié d'entre eux ayant été décimés par des maladies comme la grippe ou la rougeole, à la suite de ce premier contact.  En 1997, une campagne de Survival avait permis d'obtenir la protection légale de leur territoire.

Jusqu'à très récemment, les Nukak avaient réussi à préserver leur mode de vie nomade de chasseurs-cueilleurs malgré la violence à laquelle ils sont quotidiennement confrontés et la colonisation de leurs terres par des paysans sans terre cultivant la coca. Mais ces derniers temps, la violence des combats a rendu impossible leur vie dans la forêt et la survie même du groupe est menacée.


Pour plus d'informations
Magali Rubino
00 33 1 42 41 44 10
[email protected]