Meurtre d’une femme guarani

Un homme de main a tué Kuretê Lopez, une femme guarani de 70 ans, le 9 janvier, dans l’Etat du Mato Grosso do Sul.

Kuretê Lopez appartenait à un groupe d’une trentaine de familles qui, quelques jours plus tôt, avaient réoccupé leur territoire, Kurusu Mba (le site de la croix).

Un autre Guarani, Valdecir Ximenez, atteint d’une balle à la jambe, a été hospitalisé.

Le territoire de ces Indiens a été spolié par un éleveur de bétail qui a contracté une agence de sécurité privée pour les repousser. Les hommes armés ont tiré sur les Indiens tandis qu’ils les forçaient à monter dans des camions pour être ensuite abandonnés à l’entrée d’un village voisin.

Kuretê était une ‘rezador’, (un chef religieux). Une cour fédérale a aujourd’hui décidé qu’elle ne pourrait pas être enterrée à Kurusu Mba, où elle est née.

Ce groupe guarani a vécu pendant des années dans une réserve exiguë où la chasse et l’agriculture étaient très difficiles. Ils voulaient désespérément retourner sur leur territoire traditionnel, où sont enterrés leurs ancêtres.

Kuretê est la dernière victime d’une série de meurtres d’Indiens guarani perpétrés par des hommes de main alors qu’ils tentaient de réoccuper leurs terres spoliées par les éleveurs. Les leaders guarani nous ont fait part de leur grande préoccupation devant l’inertie du gouvernement et de leur colère de constater que ceux qui on assassiné et blessé des Guarani n’ont pas encore été poursuivis pour leurs crimes.

Plus de 150 Indiens et de nombreux sympathisants ont manifesté aujourd’hui dans la ville de Dourados pour dénoncer le haut niveau de violence auquel sont confrontés les Indiens de l’Etat du Mato Grosso do Sul.

Anastácio Peralta, un porte parole guarani kaiowá a déclaré : "Les larmes et le sang nous donnent de la force pour continuer notre lutte".