Les Innu du Canada soutiennent les Jarawa

Un leader innu de la région subarctique du Canada oriental a lancé dans le quotidien Times of India un appel poignant au gouvernement indien l’exhortant à protéger les Jarawa des îles Andaman.

Cet appel a été lancé dans le contexte de l’examen, vendredi 23 février, du cas de l'Inde par le Comité des Nations Unies pour l'élimination de la discrimination raciale auquel Survival a soumis un rapport alarmant sur la tribu jarawa des îles Andaman. Ce groupe isolé de 300 chasseurs-cueilleurs nomades risque de disparaître si le gouvernement indien ne prend pas des mesures de protection immédiates.

Dans Times of India, le leader innu, George Rich, met en garde le gouvernement indien contre les effets dévastateurs qu’a provoqué sur son peuple la politique canadienne de sédentarisation et l’exhorte à ne pas répéter avec les Jarawa les erreurs commises par son gouvernement.

"Nos parents, qui ont été des chasseurs toute leur vie, ont soudain été considérés comme des braconniers et persécutés par les gardes forestiers parce qu’ils voulaient nourrir leurs familles ; nos enseignants ont tenté de nous rendre honteux de notre identité et de notre culture. C’est comme si nous étions subitement devenus indésirables sur notre propre terre".

Les communautés innu connaissent aujourd'hui l’un des taux de suicide les plus élevés du monde ; des enfants d'à peine 12 ans se sont pendus.

Georges Rich poursuit :  "Les Jarawa ne sont pas sédentarisés comme les Innu dans des villages loin de leur terrains de chasse mais ils sont privés de leur mode de vie indépendant et d’une partie centrale de leur culture par les braconniers qui chassent le gibier dont ils dépendent.

"L'alcool, les drogues et les abus sexuels, tout ce qui a ravagé mon peuple, sont introduits par les colons et, comme ce fut le cas pour les Innu, parfois même par les fonctionnaires envoyés par le gouvernement pour les « protéger ». Et les Jarawa, encore plus que les Innu, risquent d'être anéantis par les nouvelles maladies transmises par les étrangers.

Nous ne voulons pas revivre notre douloureuse histoire en assistant à la disparition des Jarawa. Nous pouvons seulement demander au gouvernement indien d'agir rapidement pour les protéger avant qu'il ne soit trop tard. L'Inde n'a qu'à tenir compte de l'histoire tragique de mon peuple pour trouver une solution
".

Cliquez ici pour lire l'intégralité de l'article (en anglais).

Pour plus d’informations
Magali Rubino  00 33 (0)1 42 41 44 10
[email protected]