Pressions sur le gouvernement en faveur des tribus isolées

La plus haute instance latino-américaine en matière de droits de l’homme, la Commission interaméricaine des droits de l’homme (IACHR), a questionné le gouvernement péruvien sur les mesures qu’il comptait prendre pour protéger les tribus isolées des zones reculées d’Amazonie.

La démarche de l’IACHR est consécutive à deux plaintes déposées ces derniers mois par l’AIDESEP, l’organisation nationale des Indiens d’Amazonie péruvienne.

La première plainte concerne la Réserve Kugapakori-Nahua-Nanti, au sud-est du pays, où l’exploration de gisements de gaz a ‘entraîné des contacts forcés entre les employés de la compagnie et les tribus isolées’. Il a été rapporté que les membres d’une tribu ont été déplacés de force et que des mégaphones et des hélicoptères ont été utilisés pour entrer en contact avec d’autres tribus.

La seconde plainte concerne le nord de l’Amazonie péruvienne où Barrett Resources et Repsol YPF ont bon espoir de mener des explorations pétrolières, malgré la présence d’au moins deux tribus isolées.

Au début de l’année, la Commission interaméricaine avait exhorté le gouvernement péruvien à protéger les tribus isolées qui vivent dans la Réserve de Madre de Dios, située également au sud-est du Pérou. On estime qu’une quinzaine de tribus isolées vivent au Pérou ; elles sont toutes gravement menacées.

Visionnez le nouveau film de Survival sur les tribus isolées en cliquant ici.