Les Yanomami dénoncent la politique minière du gouvernement

Les Indiens yanomami et yekuana de Xirimifiki et Auaris dans l’Etat du Roraima ont protesté contre la venue de représentants du gouvernement dans leurs communautés en février dernier. Alors qu'ils n'y avaient pas été invités, ceux-ci leur ont offert des cadeaux en leur conseillant d'accepter le projet gouvernemental d’ouverture de leurs terres à l'exploitation minière.

Lors de la visite des représentants à Xirimifiki, seuls 25 jeunes et un leader étaient présents pour écouter leurs discours, le reste de la communauté étant partie chasser et pêcher. Plus de 2 000 Yanomami vivent dans cette région.

A Auaris, le leader de la communauté, Rezende Sanumaqui, qui était présent lors de la venue des représentants du gouvernement, a déclaré  : "La communauté n'a ni été informée de cette visite ni été consultée sur sa volonté de recevoir les fonctionnaires ou de discuter de l'exploitation minière".

L'organisation yanomami Hutukara a déclaré : "[Les fonctionnaires] nous rendent les choses très difficiles, ils essaient de convaincre nos leaders et de nous faire miroiter les bénéfices de l'exploitation minière en nous offrant des cadeaux. Ils n'ont même pas noté ce que nous ou les leaders de la communauté avons déclaré".

Vous pouvez lire ici le communiqué d'Hutukara sur cette visite (en portugais).

Le Congrès brésilien étudie actuellement une loi qui, si elle est approuvée, ouvrira les territoires indigènes de tout le pays à l’exploitation minière à grande échelle.