Le double discours des autorités à propos de la Papouasie

Le ministre indonésien des Affaires étrangères a défendu la politique de son gouvernement interdisant l'accès à la province sensible de Papouasie aux médias étrangers ainsi qu'aux observateurs des droits de l'homme en déclarant "Nous voulons seulement que les gens aient une vie tranquille".

Hassan Wirajuda a déclaré à des journalistes australiens : "Vous ne devriez pas penser que nous restreignons l'accès parce que nous avons des choses à cacher".

Les peuples indigènes de Papouasie subissent depuis 45 ans les pires violations des droits de l'homme par l'armée et la police indonésienne. Ils n'ont pas le droit de protester contre cette brutalité et ceux qui défendent leurs droits sont régulièrement torturés et assassinés.

On estime que 100 000 Papous ont été tués par l'armée indonésienne depuis 1963.