Les Pima célèbrent le retour de l'eau

En Arizona, après une campagne de plusieurs dizaines d'années, les Indiens pima, ou Akimel O’odham, ont repris possession de la rivière qui représentait ‘le sang qui coulait dans leurs veines’.

Akimel O’odham signifie "peuple de la rivière". La rivière qui traversait le territoire de la communauté et qui alimentait leur système d'irrigation complexe avait été détournée par des colons au XIXe siècle. Misère et famine s’ensuivirent et les Pima furent contraints de dépendre de l'aide alimentaire gouvernementale qui consistait en farine blanche, saindoux et sucre.

L’effondrement du système agricole élaboré des Pima, la dépendance à l'aide alimentaire et la pauvreté grandissante avaient abouti à une catastrophe sanitaire : la communauté connaissait l’un des taux de diabète les plus élevés au monde. Plus de la moitié des adultes de plus de 35 ans étaient atteints du diabète de type 2.

Mais aujourd'hui, suite à l'accord le plus important conclu sur les droits à l'eau en territoire indien, la rivière coule à nouveau sur le territoire pima, et avec elle l'espoir. Des fermes collectives sont mises en place avec la participation des écoliers.

"Les gens deviennent diabétiques, sont obèses, ont des attaques cardiaques et connaissent le stress parce qu’ils mangent comme les Américains. Nos haricots régulent le taux de sucre, ils nous donnent la santé. Vous pouvez absorber cette nourriture et en ressentir immédiatement l'esprit" a déclaré Ed Mendoza, le fondateur du projet de fermes collectives pima.

Lisez le rapport "Le progrès peut tuer" de Survival.