Craintes d’une épidemie majeure de choléra en Papouasie

En Papouasie occidentale, selon des représentants de l’Eglise, 291 Papous sont morts du choléra depuis le mois d’avril, faisant naître la crainte d’une épidémie majeure.

En 1961, une pandémie mondiale de choléra débuta en Indonésie. Elle s’étendit très vite à l’Asie, l’Europe, l’Afrique et finalement à l’Amérique latine en 1991. Cette année-là, environ 400 000 cas de cholera et plus de 4000 morts y furent enregistrés.

L’Eglise et les organisations de droits de l’homme de Papouasie ont lancé un appel urgent – ils ont interpellé le gouvernement indonésien et l'Organisation mondiale de la santé (OMS), mais n'ont pour l'instant reçu aucune réponse. Survival a également exhorté le gouvernement indonésien et l'OMS à prendre des mesures d’urgence.

Le choléra est extrêmement contagieux et peut rapidement devenir mortel si le patient n’est pas traité et réhydraté immédiatement. La non réponse du gouvernement indonésien devant l’urgence de la situation en Papouasie risque de provoquer de nombreux autres décès.

Les Papous ont subi des années de violence et de brutalité de la part des militaires indonésiens. Par conséquent, certains de ceux qui sont frappés par cette épidémie sont persuadés d’avoir été empoisonnés par les soldats indonésiens. Ils se méfient généralement des traitements médicaux administrés par les autorités.

Survival a collaboré avec les Eglises et les organisations locales afin de collecter et diffuser des informations sur cette épidémie, préconiser les meilleurs traitements et empêcher une plus large contamination.

Stephen Corry, directeur de Survival, a déclaré aujourd'hui: "Une aide médicale appropriée est requise de toute urgence afin d’éviter de nouveaux morts. L'indifférence du gouvernement indonésien est choquante et exacerbe les effets de décennies de brutale répression militaire."