Condamnation d'une compagnie brésilienne

Une compagnie brésilienne a été condamnée par le Comité de surveillance du gouvernement paraguayen pour avoir illégalement détruit le territoire du dernier groupe d'Indiens isolés du Paraguay.

La compagnie Yaguarete Pora détruit à coups de bulldozers et en toute illégalité la forêt des Indiens ayoreo-totobiegosode, les derniers Indiens d’Amérique du Sud vivant dans l’isolement en dehors du bassin amazonien. L'organisme de surveillance, la 'Contraloria General' a mené une enquête sur Yaguarete suite à la demande de la POJOAJU, une fédération d’ONG paraguayennes, en décembre dernier.

La 'Contraloria General' a fondé sa décision d’annuler la licence environnementale [accordée à Yaguarete Pora] sur de solides arguments : "Nous en concluons qu’il existe de bonnes raisons de mettre en doute la véracité de l’étude d'impact environnemental soumise [par la compagnie…  telles que : ] l'omission de données, la non-reconnaissance de l'existence de communautés indigènes [dans la région où la compagnie opère] ainsi que des documents qui attestent que ces terres sont revendiquées par les Ayoreo-Totobiegosode et leur appartiennent".

En conclusion, la 'Contraloria General' affirme que Yaguarete a "violé les droits fondamentaux des peuples indigènes…tels qu’ils sont inscrits et reconnus dans la Constitution paraguayenne".

Les résultats de l’enquête du Comité de surveillance ont été rendus publics peu après la diffusion mondiale de photos satellite révélant la destruction rapide du territoire des Totobiegosode par les compagnies brésiliennes Yaguarete Pora et River Plate qui veulent y élever du bétail.

Des Indiens Totobiegosode, l’organisation locale de soutien – GAT– et un réseau d’ONG paraguayennes ont dénoncé cette situation pour défendre le territoire des Totobiegosode.