On ne connaît pas le nombre d'Indiens ayoreo non contactés qui vivent dans le Chaco paraguayen
On ne connaît pas le nombre d’Indiens ayoreo non contactés qui vivent dans le Chaco paraguayen
© GAT/Survival

Une entreprise brésilienne d'élevage bovin tente d’obtenir du gouvernement paraguayen l’autorisation d’abattre les forêts habitées par l'un des derniers peuples isolés du monde.

La compagnie Yaguarete Pora S.A. a sollicité auprès du ministère de l'Environnement du Paraguay une licence d'exploitation dans une région habitée par les Indiens isolés ayoreo-totobiegosode. Yaguarete possède la terre, mais sa licence lui a été retirée l'an dernier grâce à la pression exercée par les ONG locales de soutien après la diffusion d’images satellite attestant de la rapide avancée de la déforestation. Yaguarete avait également refusé l'accès du territoire à une mission d'enquête du ministère de l'Environnement.

"Si le ministère de l'Environnement accorde une nouvelle licence à Yaguarete les Totobiegosode isolés ne survivront pas" a averti le GAT, l’ONG de soutien aux Totobiegosode.

Yaguarete a récemment annoncé son intention de conserver une "éco-réserve" dans une petite partie de la forêt qu’elle a déjà abattue – un geste qualifié par Survival "d’outrageux blanchiment écologique".

Un certain nombre de Totobiegosode déjà contactés revendiquent un titre de propriété sur leurs terres. Tandis que seule une petite partie a jusqu'à présent été protégée, de vastes étendues de forêts sont massivement abattues pour faire place à l'élevage de bétail.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd'hui : "Si le gouvernement paraguayen autorise Yaguarate à exploiter le territoire des Totobiegosode, non seulement il agira en contradiction avec la législation internationale et notamment avec la Déclaration des droits des peuples autochtones des Nations-Unies, mais il les détruira en tant que peuple."

Pour plus d’informations
Sophie Baillon 00 33 (0)1 42 41 44 10
[email protected]