Regain de suicides chez les Guarani

Hommes guarani
Hommes guarani
© João Ripper/Survival

Un rapport publié la semaine dernière révèle une inquiétante montée du taux de suicides chez les Indiens guarani-kaiowá du Brésil.

L’organisation catholique de droits de l’homme, CIMI, a publié son rapport annuel ‘Violence à l’encontre des peuples indigènes du Brésil – 2008’ qui recense les cas d’assassinats, de suicides, de conflits territoriaux, d’inertie des autorités et de racisme à l’encontre des Indiens durant l’année 2008.

L’une des statistiques les plus alarmantes concerne le taux de suicides des Guarani-Kaiowá de l’Etat du Mato Grosso do Sul. Trente-quatre Guarani-Kaiowá se sont donné la mort en 2008, soit sept de plus qu’en 2007.

Le rapport dénombre quarante-deux Guarani assassinés, la plupart au cours de conflits internes. De nombreux observateurs estiment que ces conflits sont directement liés au fait que la plupart des communautés guarani n’ont pratiquement pas de terre. Les communautés vivent dans la promiscuité, entassées dans de minuscules réserves où l’alcoolisme est répandu et où il leur est impossible de cultiver la terre, de chasser ou de pêcher.

‘Le bétail a plus de valeur que nos enfants, la canne à sucre, plus que la forêt’ dénonce Anastacio Peralta, porte-parole guarani-kaiowá.

Lúcia Rangel, l’anthropologue qui a coordonné le rapport a déclaré : ‘Il existe une redoutable opposition à tous les niveaux de la société nationale à la reconnaissance des droits territoriaux des Guarani-Kaiowá. Cette hostilité croissante génère de graves préjudices et un racisme tenace à l’encontre des peuples indigènes’.

Le rapport met également en évidence les graves risques que font encourir aux Indiens isolés du Brésil la déforestation et les projets de barrages hydroélectriques. Il mentionne notamment la situation désespérée d’un groupe d’une soixante d’Indiens awá isolés dont la survie est mise en jeu par des bûcherons qui détruisent massivement leur forêt.

Quatre groupes d’Indiens isolés verront leur territoire inondé par le barrage hydroélectrique Madeira dans l’Etat de Rondônia.

La publication de ce rapport coïncide avec le ‘campement annuel de la terre libre’ (Acampamento Terra Livre) qui a eu lieu la semaine dernière et au cours duquel des centaines d’Indiens venus de tout le Brésil viennent camper à Brasilia pour interpeller les hommes politiques sur leurs droits à la terre, à la santé et à l’éducation.

Survival a mis en place un fonds spécial de soutien aux Guarani, en association avec le film ‘La Terre des Hommes Rouges – Birdwatchers’ tourné avec des acteurs guarani-kaiowá. Les dons récoltés sont destinés à les aider à défendre leurs droits, leurs terres et leur avenir.

Téléchargez le rapport du CIMI en portugais (une version anglaise sera prochainement disponible).