Le ‘dalaï lama de la forêt amazonienne’ condamne les violences péruviennes

Davi Yanomami : ‘La Terre n’a pas de prix, elle ne peut être ni achetée, ni vendue, ni échangée.’ © Fiona Watson/Survival
Davi Yanomami : ‘La Terre n’a pas de prix, elle ne peut être ni achetée, ni vendue, ni échangée.’ © Fiona Watson/Survival
© Survival

Au cours de son séjour en Europe, un chamane yanomami d’Amazonie brésilienne, baptisé ‘dalaï lama de la forêt amazonienne’ par la presse allemande, a sévèrement dénoncé les violences péruviennes.

Davi Kopenawa Yanomami a déclaré aujourd’hui : ‘Ces nouvelles qui nous parviennent de mes frères et sœurs péruviens sont accablantes. Ce que leur fait subir le gouvernement péruvien est un crime. Les Indiens du Pérou se battent pour leurs droits et pour pouvoir vivre sur leurs propres terres qu’ils habitent depuis des temps immémoriaux. Ils y sont nés, y ont grandi et les ont cultivées et soignées. Je délivre ce message pour les aider. Je me trouve ici bien loin d’eux, mais en tant que chamane, mon âme et mes esprits chamaniques n’ignorent pas ce qui arrive à mes frères et sœurs péruviens.’

Davi revient d’Espagne où il a reçu le prestigieux prix Bartolomé de las Casas en reconnaissance du rôle crucial qu’il a joué pour la défense des droits de son peuple. Avant de se rendre en Norvège, où il rencontrera des leaders indigènes au cours d’une conférence sur le changement climatique, il donnera demain, 10 juin, une conférence de presse au siège de Survival International à Londres et participera le lendemain à une table ronde sur les droits des peuples indigènes organisée par la Royal Commonwealth Society.

Davi Kopenawa a sauvé son peuple alors qu’il était au bord de l’extinction en orchestrant une campagne internationale qui a abouti, en 1992, à la création d’un immense territoire, le Parc yanomami. Un cinquième des Yanomami a disparu en l’espace de quelques années lorsque leur territoire a été envahi par les chercheurs d’or à la fin des années 1980. Depuis 1992, leur population a augmenté, mais les chercheurs d'or sont récemment revenus, apportant de nouvelles menaces sur leur santé et leur survie.

Davi Kopenawa sera disponible pour des interviews. Pour plus d’informations, photos et documents audiovisuels, contacter Miriam Ross à Survival International
Tél : 44 20 7687 8734 ou 44 7504 543 367 – courriel : [email protected]

• Conférence de presse : mercredi 10 juin à 10h30, Survival International, 6 Charterhouse Buildings, Goswell Road, London EC1M 7ET (réservation indispensable).

• Royal Commonwealth Society, table ronde sur les droits des peuples indigènes : jeudi 11 juin, 18h15 au Commonwealth Club. Informations à www.thercs.org

La viste de Davi Kopenawa est sponsorisée par Survival et CAFOD.