Un rapport adressé aux Nations unies alerte du "danger d'extinction" auquel les Nukak font face

Des Nukak préparant des fléchettes pour leurs sarbacanes
Des Nukak préparant des fléchettes pour leurs sarbacanes
© Gustavo Pollitis/Survival

L'organisation indigène nationale de Colombie, ONIC, a alerté les Nations unies du danger d'extinction pesant sur les Nukak, derniers chasseurs-cueilleurs du pays.

L'alerte a été lancée dans un rapport adressé au Rapporteur spécial des Nations unies sur les peuples indigènes, James Anaya, qui s'est récemment rendu en Colombie. Selon l'ONIC, les Nukak sont l'un des vingt-huit groupes d'Indiens colombiens en voie d'extinction.

L'ONIC estime que les Nukak sont environ 490, dont 40% ont été déplacés de leurs territoires traditionnels à la périphérie de la ville amazonienne de San Jose Guaviare, au sud-est de la Colombie. Au cours des vingt années qui ont suivi le premier contact continu des Nukak avec le monde extérieur, la moitié de leur population a disparu.

"L'histoire des Nukak démontre la rapidité avec laquelle une communauté indigène peut être réduite et comment sa culture peut s'éroder", stipule le rapport de l'ONIC.

Monsieur Anaya s'est rendu en Colombie du 23 au 27 juillet. "La situation des droits des peuples indigènes en Colombie est grave, critique et alarmante", a déclaré James Anaya. "Ce que l'ancien Rapporteur spécial sur les peuples indigènes, Rodofo Stavenhagen, avait dit lors de sa visite en Colombie en 2004 est toujours valable aujourd'hui, en dépit d'un certain nombre d'importantes initiatives prises par le gouvernement colombien ces dernières années."