Papouasie: la milice fait craindre une plus grande répression

'Les militaires indonésiens vont utiliser cela comme prétexte pour exterminer les Papous.' Un militant des droits de l'homme, Papouasie

Les peuples indigènes de Papouasie craignent une nouvelle vague de violences tandis que des milices islamiques s'installent dans la province tentant d'attiser les haines entre la population chrétienne majoritaire et les colons islamiques. L'armée indonésienne semble mettre en place l'utilisation de milices pour recréer en Papouasie le régime de violence et de terreur qu'elle a semé au Timor oriental.

La Papouasie (anciennement Irian Jaya) est la partie occidentale de la Nouvelle Guinée. Les peuples indigènes qui l'habitent, au nombre de 1,2 million, luttent depuis longtemps pour leur indépendance de l'Indonésie. On estime que 100 000 d'entre eux ont été tués par les forces armées indonésiennes depuis 1963.

Ces derniers mois, des centaines de membres du groupe de militants islamiques Laskar Jihad ont soudain apparu en Papouasie. Les actions de ce groupe dans une autre région de l'Indonésie ont provoqué des violences qui ont fait 8 000 morts. Laskar Jihad a aussi entraîné 'Red and White', une milice soutenue par l'armée; elles étaient toutes deux jusque là inconnues en Papouasie et sont sur le point de créer un désordre civil massif. Le peuple papou sait que les violences seront utilisées comme justification pour une brutale répression par les forces armées qui entraînera de nombreuses morts.