Une sénatrice brésilienne condamne la dépossession des Guarani

Les Indiens guarani qui ont été expulsés de leurs terres, vivent dans une pauvreté extrême en bordure des routes
Les Indiens guarani qui ont été expulsés de leurs terres, vivent dans une pauvreté extrême en bordure des routes
© CIMI

La sénatrice Marina Silva a prononcé un discours énergique devant le Congrès brésilien après avoir assisté à une importante réunion organisée par les Indiens guarani dans l’Etat du Mato Grosso do Sul.

Marina Silva a indiqué que les Guarani étaient confrontés à de graves problèmes et que nombre d’entre eux vivaient dans des campements improvisés au bord des routes en attendant que leurs droits territoriaux soient reconnus.

Elle a également a cité l’exemple de la réserve Dourados où 13 000 Indiens vivent sur 3 500 hectares et où le surpeuplement est à l’origine de maladies, de meurtres, de violence interne et de suicides.

Le taux de suicide chez les Guarani est de 145 pour 100 000, l’un des plus élevés au monde.

La sénatrice a indiqué que la plupart des suicides des jeunes Indiens est le résultat d’un manque de ‘sentiment d’appartenance’ et a assimilé à un ‘apartheid social’ le fait que les Guarani soient dans l’impossibilité d’exercer leurs droits.

‘Ils n’ont aucune place dans le monde des Blancs ni dans celui des Indiens’, a-t-elle ajouté.

Beaucoup d’enfants guarani n’ont pas accès aux soins médicaux et souffrent de malnutrition.

Marina Silva a annoncé qu’elle présenterait un rapport au président Lula et qu’elle demanderait à rencontrer le ministre de la Justice pour discuter de la situation des Guarani.

Par ailleurs, le sénateur Eduardo Suplicy a suggéré que le ministre du Développement social prenne des mesures pour remédier au taux élevé de suicide parmi la population guarani.

Les fortes pluies et les inondations qui en résultent aggravent la situation des Guarani, notamment de ceux qui campent au bord des routes.

Survival International a créé un fonds de soutien aux Guarani, en partenariat avec le film ‘La terre des hommes rouges’, de Marco Bechis, dont les acteurs principaux sont des Indiens guarani qui jouent leur propre rôle. Ce fonds sera consacré à la défense de leurs droits, de leurs terres, et de leur avenir.