Une compagnie pétrolière nord-américaine menacée d'expulsion en Amazonie

Enfants ashéninka, Rio Yurua, Pérou.
Enfants ashéninka, Rio Yurua, Pérou.
© David Hill/Survival

Des Indiens ont menacé d’expulser la compagnie nord-américaine Hunt Oil qui explore le pétrole sur leur terre ancestrale en Amazonie péruvienne.

Selon l’organisation indigène du sud-est péruvien, FENAMAD, au moins deux-cents personnes se sont rassemblées dans la petite ville de Salvación, considérée comme la base de Hunt Oil dans cette région.

Une rencontre entre des représentants de la compagnie, des communautés indiennes de la région et d’importants ministres du gouvernement, dont le premier ministre, devait avoir lieu mercredi dernier. Cinquante policiers ont été envoyés à Salvación – une démarche condamnée par l’organisation nationale des Indiens d’Amazonie péruvienne AIDESEP.

La FENAMAD a affirmé que les populations locales n’avaient pas donné leur consentement quant aux opérations de Hunt sur leur terre et qu’elles étaient prêtes à mettre leur vie en danger pour l’empêcher de mener ses activités. Elles ont annoncé qu’elles expulseraient la compagnie si celle-ci continuait de violer leurs droits.

La FENAMAD a également déclaré qu’elles avaient aussi demandé à parler directement aux actionnaires de Hunt, compagnie privée dont le président, Ray Hunt, est depuis longtemps un proche des anciens présidents américains George Bush et George W. Bush.

Hunt – ainsi que Repsol-YPF – détient des concessions qui empiètent sur la terre des Yine, des Matsiguenga et des Harakmbut. Le mois dernier, la FENAMAD avait annoncé qu’elle entamait une procédure judiciaire à l’encontre des deux compagnies.

Au coeur de cette région se situe la Réserve communale Amarakaeri qui est utilisée par de nombreuses communautés indigènes pour y chasser et y pêcher et qui est la source de six rivières représentant le seul approvisionnement en eau douce pour environ 10 000 personnes.