Selon un politicien malaisien, ‘les Penan doivent cesser de vivre dans la jungle’

Hommes penan dans la forêt.
Hommes penan dans la forêt.
© Andy Rain/Nick Rain/Survival

Un membre de l’assemblée malaisienne prétend que les Penan de Bornéo devraient ‘cesser de vivre dans la jungle’, a rapporté le quotidien national Star. Un ministre du gouvernement avait également rejeté avec mépris les plaintes déposées par des femmes penan qui avaient été violées par des bûcherons.

Dans le Star, Lihan Jok, se réfère à un ‘accord de paix’ conclu avec les Penan qui ont érigé l’été dernier des barrages routiers contre les compagnies d’exploitation forestière et de plantations de palmiers à huile.

‘Nous (le gouvernement de l’Etat du Sarawak) souhaitons vraiment aider ces Penan à condition qu’ils abandonnent leur mode de vie semi-nomade et se sédentarisent. Nous mettrons en place des programmes de relogement pour eux. Ensuite nous leur donnerons suffisamment de terre pour qu’ils puissent mener des activités économiques telles que l’élevage. Nous leur donnerons également accès à des emplois dans les plantations de caoutchouc. Ces Penan doivent accepter ce programme de relogement ou l’accord de paix sera rompu.’

De récentes recherches menées par Survival montrent que le déplacement de peuples indigènes contre leur volonté et l’imposition d’un mode de vie différent ont généralement des effets catastrophiques sur leur santé.

Plusieurs villages penan avaient érigé des barrages routiers en juillet et août derniers pour empêcher les compagnies forestières et de plantations d’accéder à leurs forêts. Un jeune Penan a confié à Survival : ‘Nous voulons que le gouvernement vienne, nous parle et nous consulte sur le type de développement dont nous avons vraiment envie et besoin’.

Le gouvernement de l’Etat du Sarawak ne reconnaît pas les droits territoriaux des Penan. Il soutient les exploitants forestiers et les compagnies de plantation de palmiers à huile qui détruisent les forêts dont dépendent les peuples indigènes pour leur survie. Le gouvernement construit également une série de gigantesques barrages hydroélectriques qui inonderont les maisons de milliers de Penan et autres communautés indigènes.

Dans une autre interview diffusée lundi dernier au cours de l’émission phare ‘Today’ de la BBC, le ministre de la Terre du Sarawak, James Masing, a été très méprisant lorsqu’il a été interrogé à propos d’une jeune fille penan qui avait déclaré avoir été battue jusqu’à perdre connaissance puis violée. ‘Ils arrangent leurs histoires comme bon leur semble’, a déclaré Masing. ‘C’est pour cela qu’on dit que les Penan sont de bons conteurs.’

Le gouvernement malaisien a confirmé dans un rapport publié en septembre que plusieurs femmes et jeunes filles penan avaient été victimes de violence sexuelles par les employés des compagnies d’exploitation forestière du Sarawak.