Protestation européenne contre la destruction du territoire d’Indiens isolés

Des manifestations ont eu lieu aujourdhui à Londres, Madrid et Paris.
Des manifestations ont eu lieu aujourdhui à Londres, Madrid et Paris.
© Survival

Des manifestations de protestation contre la destruction du territoire de l’une des dernières tribus isolées du monde ont eu lieu aujourd’hui à Londres, Madrid et Paris.

A Madrid et à Londres, des militants ont manifesté devant les ambassades paraguayennes brandissant des pancartes au slogan ‘Sauvez les Ayoreo’. Les Ayoreo-Totobiegosode sont en train de perdre leurs forêts qui sont détruites par une compagnie brésilienne pour les convertir en pâturages.

A Paris, une lettre exprimant la vive préoccupation de Survival International pour les Totobiegosode a été remise à Mme Irina Bokova, directrice générale de l’Unesco. La forêt détruite par les éleveurs de bétail fait en effet partie d’une réserve de biosphère de l’Unesco et cet organisme international n’a toujours pas répondu aux revendications des Totobiegosode.

La compagnie en cause, Yaguarete Pora S.A., a récemment remporté le ‘Greenwashing Award 2010’ décerné par Survival récompensant sa décision de créer une ‘réserve naturelle’ en plein cœur du territoire totobiegosode alors qu’elle détruit des centaines d’hectares de leur forêt. Yaguarete dément agir illégalement et prétend que la zone déforestée n’appartient pas aux Totobiegosode, en dépit du fait que la revendication territoriale des Totobigosode s’appuie sur une des nombreuses études qui démontrent le contraire.

Cliquer ici pour voir le programme de déforestation de cette compagnie.

Des photos satellite montrent distinctement la destruction de la forêt des Totobiegosode. Ces Indiens sont l’unique peuple indigène isolé du monde dont le territoire est détruit pour la production de viande de boucherie.

Stephen Corry, directeur de Survival, a déclaré aujourd’hui : ‘L’opinion publique internationale commence à prendre conscience de la tragique situation qui est faite aux Totobiegosode et l’image du Paraguay risque d’en être définitivement ternie si des mesures urgentes ne sont pas prises en leur faveur’.

Pour plus d’informations, toute demande de visuels, ou l’utilisation de la photo ci-jointe:
Jenny Joussemet (+33) (0)1 42 41 44 10
[email protected]