Les Yanomami en danger devant une nouvelle invasion d'orpailleurs sur leur territoire

Le chamane et porte-parole yanomami Davi Kopenawa vient de lancer un appel à l’aide urgent, le territoire yanomami, au nord du Brésil, étant à nouveau envahi par les orpailleurs.

Dans son appel, Davi prévient : ‘L’afflux des orpailleurs est inquiétant et les Yanomami sont très préoccupés…, les conflits vont devenir inévitables… Je sais comment les orpailleurs traitent les Yanomami et je suis triste que certains d’entre nous acceptent de travailler pour eux en échange de nourriture. Ils tomberont malades, ils attraperont la malaria et des maladies sexuellement transmissibles car les orpailleurs abuseront de nos femmes comme ils le faisaient déjà autrefois’.

‘Je suis très en colère contre la FUNAI (le département des affaires indigènes du gouvernement brésilien) et la police. Elles n’ont rien fait pour arrêter les orpailleurs, notre territoire est une fois de plus en train d’être envahi.’

Depuis que le territoire yanomami a officiellement été reconnu par décret présidentiel, les activités minières y sont illégales. On estime cependant que plus d’un millier d’orpailleurs se trouvent déjà dans la région et les Yanomami craignent un nouvel afflux.

Les orpailleurs transmettent des maladies telles que la malaria, la grippe ou l’hépatite pouvant être fatales pour les Yanomami qui ont très peu de résistance face à ces maladies exogènes. Le mercure qu’ils utilisent pour amalgamer l’or pollue les rivières, contaminant l’eau potable et les poissons que consomment les Indiens. De plus, le risque de violences envers les Yanomami est d’autant plus élevé que les orpailleurs sont généralement armés.

L’état de santé des Yanomami est précaire et ils bénéficient rarement de soins médicaux en raison de l’incompétence des équipes de santé et de la corruption qui règne au sein de la FUNASA, le service de santé brésilien.

Durant les années 1980, les Yanomami ont cruellement souffert de l’invasion de leur territoire par plus de 40 000 orpailleurs. Ceux-ci tuèrent des Yanomami, détruisirent de nombreux villages et les exposèrent à des maladies contre lesquelles ils n’avaient aucune immunité. 20% de leur population disparut en l’espace de sept ans.

Si les orpailleurs qui opèrent illégalement en territoire yanomami ne sont pas expulsés de toute urgence, les Indiens risquent de connaître à nouveau une telle hécatombe.

Ecrivez au Président brésilien pour l’exhorter à expulser les orpailleurs de toute urgence.