Mise en cause d’un lodge touristique pour non respect des Bushmen

Femme bushman, Réserve du Kalahari central, Botswana.
Femme bushman, Réserve du Kalahari central, Botswana.
© Survival International

Un lodge de safaris implanté sur le territoire traditionnel des Bushmen gana du Botswana a été mis en cause par Survival International quelques jours avant l’introduction de la compagnie sur le marché boursier du Botswana et de Johannesburg.

Le lodge de Wilderness Safaris a été ouvert en territoire bushman au sein de la Réserve du Kalahari central en 2009 sans le consentement préalable des communautés bushmen voisines.

Les Bushmen sont le peuple indigène de l’Afrique australe où ils vivent depuis des dizaines de milliers d’années. La réserve a été créée en 1961 pour protéger le territoire traditionnel des 5 000 Bushmen gana, gwi et tsila ainsi que le gibier dont ils dépendent pour leur subsistance.

Cependant, en 2002, le gouvernement botswanais a expulsé de force les Bushmen de la réserve ; une mesure déclarée illégale et anticonstitutionnelle par la Haute Cour botswanaise quatre ans plus tard. En dépit de ce jugement, le gouvernement a continué à persécuter les Bushmen, leur refusant l’accès à un puits sur leurs propres terres. Une femme au moins est morte de soif.

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les peuples indigènes, James Anaya, a récemment condamné le gouvernement pour avoir manqué au respect ‘des normes fondamentales des droits humains’. Il a également établi que dans la réserve les Bushmen ‘sont confrontés à des conditions de vie déplorables et dangereuses en raison de leur manque d’accès à l’eau’. Les Bushmen ont entamé de nouvelles procédures judiciaires pour retrouver l’accès à leur puits; l’audience est prévue pour le 9 juin 2010.

Alors que les Bushmen sont confrontés à une grave pénurie d’eau, ‘le bien le plus précieux dans le désert’ selon Wilderness Safaris, les touristes visitant le lodge peuvent se rafraîchir au bar et à la piscine de l’hôtel après une éprouvante ‘promenade bushman’ dans le désert.

Wilderness Safaris sera introduite en bourse le 8 avril 2010, une étape décrite par son président Andrew Payne comme ’un pas significatif dans son développement.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘La réserve est en grande partie le territoire traditionnel des Bushmen, les touristes ne devraient pas s’y rendre tant que les Bushmen ne seront pas traités équitablement.’

A propos des Bushmen :

  • Il y a environ 100 000 Bushmen au Botswana, en Namibie, en Afrique du Sud et en Angola répartis en différents groupes.
  • En période de sécheresse, les Bushmen stockaient traditionnellement l’eau sous la terre dans des coquilles d’œufs d’autruche obturées avec de la cire d’abeille.
  • Il s’abreuvent de l’eau des tsamma, des melons sauvages.
  • Les hommes sont des experts en traque et en chasse, leur gibier favori étant les kudu, les springbok et les gemsbok.
  • Les femmes collectent des fruits, des racines, des tubercules et des baies.
  • Les Bushmen parlent une variété de langues à click.
  • Dans la société bushman, les décisions sont prises par consensus : il n’y a pas de leader officiel ni de chef reconnu.