Suspension des poursuites judiciaires à l’encontre des Bushmen torturés


Les poursuites judiciaires à l'encontre des treize Bushmen poursuivis pour avoir prétendument ‘dépassé leur quota de chasse' ont été suspendues. Ces hommes de la Réserve du Kalahari central avaient été torturés par des fonctionnaires de la réserve et des policiers lors de leur arrestation en août 2000.

La restriction du droit de chasse constitue l'une des méthodes les plus brutales employée par le gouvernement botswanais pour éloigner les Bushmen de leur terre ancestrale de la Réserve du Kalahari. Certains d'entre eux ont été torturés, malmenés ou arrêtés pour avoir prétendument ‘dépassé leur quota de chasse' ou avoir chassé sans un permis valide. L'un d'entre eux a même été castré. En février 2002, les autorités avaient interdit toute forme de chasse dans la Réserve et en avaient expulsé la plupart des Bushmen pour les déporter dans des camps de relogement.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd'hui :  'C'est une victoire cruciale pour les Bushmen victimes de harcèlement. Les Gana et les Gwi sont  parmi les derniers Bushmen dépendant de la chasse. Si le gouvernement du Botswana ne les autorise pas à retourner sur leur terre et lève l'interdiction de chasser, il sera responsable de la destruction des Gana et Gwi en tant que peuple'.