Un rituel de pêche indien reconnu patrimoine culturel au Brésil

Les Enawene Nawe conservent le poisson
Les Enawene Nawe conservent le poisson
© Fiona Watson/Survival

Le Yãkwa, l’un des rituels les plus importants pratiqués par les Indiens enawene nawe, a été officiellement reconnu par le ministère de la culture brésilien comme patrimoine culturel et historique national.

Le Yãkwa dure quatre mois. Il est le rituel indigène le plus long pratiqué en Amazonie brésilienne. Les Enawene Nawe construisent des barrages en branchages tressés sur les petits affluents de la rivière Juruena pour piéger et capturer de grandes quantités de poissons. Ils campent dans la forêt, boucanent le poisson dans des fumoirs spécialement construits à cet effet et les transportent ensuite en canoë jusque dans leur village.

Lorsque les hommes et les plus jeunes reviennent de leurs campements, les fruits de leur pêche sont échangés avec le monde des esprits au cours de cérémonies élaborées.

Deux ONGOPAN (une organisation brésilienne de soutien aux Indiens d’Amazonie) et Video nas Aldeias (vidéo dans les villages) – ont filmé ce rituel; leur documentaire sera prochainement diffusé.

La reconnaissance de la cérémonie du Yãkwa par le gouvernement survient à un moment crucial, ce rituel étant aujourd’hui menacé par la disparition des poissons dans la rivière Juruena.

L’an dernier, pour la première fois, le rituel n’a pu avoir lieu en raison de l’absence de poissons qui serait due au changement du rythme des précipitations et à l’impact de la construction d’un complexe de barrages hydroélectriques sur la rivière Juruena.

Le poisson constitue une part essentielle du régime alimentaire des Enawene Nawe qui ne consomment pas de viande. Sous la pression des Indiens qui ont été confrontés à une pénurie alimentaire catastrophique l’an dernier, le gouvernement a fait acheter à leur intention 3 000 kilos de poisson d’élevage par la compagnie de construction des barrages.

Juliana de Almeida, de l’OPAN, qui travaille avec les Enawene Nawe, a déclaré : ‘Les Indiens sont consternés par la raréfaction des poissons et le degré de pollution de la rivière’.

La construction des barrages sur la rivière Juruena est une source de conflits entre les Indiens, les compagnies de construction et le gouvernement de l’Etat du Mato Grosso.

En octobre 2008, 120 Enawene Nawe avaient occupé et bloqué le site d’un des barrages.