Un film sur la situation critique des Guarani remporte un prix prestigieux

Le film La Terre des hommes rouges - Birdwatchers met en lumière la détresse des Indiens guarani-kaiowá.

Le film La Terre des hommes rouges - Birdwatchers met en lumière la détresse des Indiens guarani-kaiowá.
© Marie Hippenmeyer

Le film italo-brésilien ‘La Terre des hommes rouges – Birdwatchers’ qui met en lumière la détresse des Indiens guarani-kaiowá du Brésil a été récompensé par le ‘One World Media Award’.

Le jury a déclaré avoir ‘voté à l’unanimité pour ce film captivant et superbement réalisé’.

Le film avait déjà reçu d’excellentes critiques lorsqu’il avait été présenté au Festival de Venise en 2008.

A travers une histoire d’amour entre la fille d’un riche propriétaire terrien et un jeune apprenti chamane, ‘La Terre des hommes rouges’ montre comment les terres guarani sont détruites pour faire place à la production d’agrocarburants.

Expulsés de leur terre et vivant dans des conditions insupportables, comme dans la vie réelle des Guarani, les membres de la communauté du film décident de récupérer leur terre occupée par un fermier. Cette tentative fait l’objet d’une violente répression.

230 Guarani ont été impliqués dans le tournage du film écrit et réalisé par Marco Bechis.

L’acteur guarani Ambrósio Vilhava espère que le film permettra la reconnaissance officielle du territoire guarani : ‘La terre et la justice : c’est ce que je désire le plus’.

Survival International a créé un fond de soutien aux Guarani en partenariat avec ‘La Terre des hommes rouges’ pour les aider à défendre leurs droits, leurs terres et leur avenir.

Les Guarani Kaiowá vivent dans l’Etat brésilien du Mato Grosso do Sul. Ils ont perdu la plus grande partie de leur territoire qui, après de brutales expulsions, est maintenant aux mains des éleveurs bovins et des planteurs de soja et de canne à sucre.

La plupart des Guarani sont forcés de vivre dans des réserves surpeuplées ou dans des campements au bord des routes où ils manquent cruellement de nourriture et d’eau potable. Ils connaissent des taux de suicide et d’alcoolisme alarmants, souffrent de malnutrition, sont fréquemment sujets à des détentions arbitraires et sont régullièrement la cible des hommes de main à la solde des propriétaires terriens qui ont accaparé leurs terres.

Un rapport de Survival International récemment soumis aux Nations Unies condamne la situation dans laquelle se trouvent les Guarani et appelle le gouvernement brésilien à démarquer et protéger leurs terres ancestrale de façon urgente.