Le géant malaisien Samling sur la liste noire de la Norvège

Un bûcheron manipule les arbres abattus en territoire penan.
Un bûcheron manipule les arbres abattus en territoire penan.
© Andy Rain/Nick Rain/Survival

Le gouvernement norvégien a exclu, pour des raisons d’éthique, le géant forestier malaisien Samling de son fonds de pension. La compagnie Samling exploite les toutes dernières forêts des chasseurs-cueilleurs penan.

Le ministère norvégien des Finances a vendu ses actions Samling sur la recommandation du Conseil d’éthique du fonds de pension du gouvernement qui a enquêté sur les activités de la compagnie et mis en évidence une exploitation forestière illégale et délibérée ainsi que des dégâts importants sur les forêts et l’environnement.

En annonçant son retrait de Samling et de deux autres compagnies, le ministre des Finances Sigbjørn Johnsen a declaré : ‘La décision d’exclure ces entreprises… est basée sur l’appréciation du Conseil d’éthique affirmant qu’elles contribuent, ou sont elles-mêmes responsables, d’une activité extrêmement contraire à l’éthique’.

Samling est responsable de la destruction massive de la terre des Penan du Sarawak, la partie malaisienne de l’île de Bornéo. Les Penan dépendent étroitement de la forêt pour leur subsistance et leur habitat, et sa destruction par les compagnies forestières ne fait que les appauvrir.

En décembre 2009, cinq communautés penan ont intenté deux procès à l’encontre de filiales de Samling et un autre procès intenté par d’autres communautés penan est en suspens depuis 1998.

Un représentant penan a déclaré à Survival : ‘Samling veut exploiter tous les arbres de notre forêt. Dès qu’ils entrent ici, nous savons que nous allons tout perdre’.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘Si tous les investisseurs responsables, en particulier ceux qui utilisent l’argent public, refusaient les entreprises qui violent les droits des peuples indigènes et détruisent leurs terres, ce serait un signe clair et décisif pour les grandes sociétés du monde entier. Ces entreprises devraient tout simplement être boycottées, aussi le désengagement de la Norvège est un appréciable pas en avant dans la bonne direction’.

Télécharger la recommandation du Conseil d’éthique norvégien