Le gouvernement indonésien admet que ses soldats ont torturé des Papous

La vidéo a suscité l'indignation internationale.
La vidéo a suscité l’indignation internationale.
© Survival

Le gouvernement indonésien a admis que les hommes torturant deux Papous dans une vidéo diffusée la semaine dernière étaient bien des soldats.

Le ministre de la Sécurité a annoncé que les soldats seraient sanctionnés. L’enquête suit son cours.

Sophie Grig, chargée de campagne de Survival International, qui s’est rendue à plusieurs reprises en Papouasie occidentale, a déclaré : ‘Les militaires coupables de ces actes doivent être poursuivis et châtiés, il faut en finir avec le règne d’impunité qui tolère depuis des décennies l’usage de la torture et les meurtres à l’encontre des communautés papoues. Le gouvernement indonésien doit mettre un terme à ces abus des droits de l’homme perpétrés par ses forces armées’.

La vidéo, probablement réalisée en mai dernier dans les hautes terres de Papouasie occidentale, montre un homme âgé déshabillé, un sac en plastique sur la tête, hurlant à l’agonie tandis qu’un bâton en flamme est porté sur ses parties génitales.

L’armée indonésienne a une longue histoire de violations des droits de l’homme à l’encontre des tribus papoues.

Survival International appelle l’Indonésie à instaurer un dialogue ouvert avec le peuple papou concernant son avenir et à autoriser les défenseurs de droits de l’homme et les journalistes, toujours interdits d’accès, à se rendre en Papouasie.

Note aux rédactions :
Sophie Grig est disponible pour interview.
Cet extrait est tiré d’une vidéo qui comporte des images violentes. Les journalistes peuvent contacter Survival pour obtenir la version complète de la vidéo.