Les assassins d'un leader indien reconnus coupables d'enlèvement et de torture

Le leader guarani Marcos Veron
Le leader guarani Marcos Veron
© Joaó Ripper/Survival

Trois hommes jugés pour l’assassinat du leader indien brésilien Marcos Veron ont été acquittés d’homicide, mais reconnus coupables d’enlèvement, de torture et d’association de malfaiteurs en relation avec sa mort.

Ils ont également été acquittés de l’accusation de tentative d’homicide sur six autres Indiens qui étaient avec Veron lorsqu’il a été tué.

Les hommes ont été condamnés à une peine de douze ans de réclusion, mais comme ils ont déjà été détenus plus de quatre ans, ils ont été remis en liberté en attendant l’appel.

Les trois accusés, Roberto Carlos dos Santos, Estevão Romero et Jorge Cristaldo Insabralde, travaillaient pour le compte du propriétaire terrien Jacinto da Silva Filho Honorio dont le ranch Brasilia do Sul occupe le territoire traditionnel de la communauté guarani de Marcos Veron. Da Silva n’a jamais été inculpé pour ce crime.

Marcos Veron, un leader guarani kaiowá internationalement respecté, a été battu à mort en 2003 après avoir mené la réoccupation, par les membres de sa communauté, de leurs terres ancestrales.

Marcos Veron, qui était âgé de 72 ans au moment de sa mort, disait à propos de sa terre : ‘Là est ma vie, là est mon âme. Si vous me privez de cette terre, vous me privez de la vie’.

Fiona Watson, directrice de la recherche au siège de Survival, a déclaré aujourd’hui : ‘Bien que nous soyons déçus que ces hommes aient été acquittés d’homicide et libérés en attendant l’appel, la reconnaissance de leur culpabilité sur des charges mineures lance néanmoins un message clair que les leaders indigènes ne pourront plus être assassinés en toute impunité’.

Survival a soutenu les Guarani qui assistaient au procès à São Paulo.