Les Indiens du Brésil craignent l'expulsion imminente de leur terre ancestrale

© João Ripper/Survival

Une communauté d’Indiens guarani du Brésil a évoqué sa ‘crainte, son désespoir et sa profonde souffrance’, après avoir fait l’objet d’un ordre d’expulsion de son propre territoire.

Les Guarani de la communauté de Laranjeira Nanderu vivent sur une petite parcelle de leur terre ancestrale depuis mai 2011.

Ils vivaient depuis un an et demi dans des campements improvisés au bord d’une route, avec peu d’accès à l’eau potable et aux soins de santé. Au moins trois Guarani ont été renversés et tués par des véhicules sur la route.

Les Indiens ont été spoliés de leur territoire de Laranjeira Nanderu dans les années 1960 pour faire place à des fermes d’élevage de bétail. Les Guarani souffrent depuis de violences, d’intimidations et d’expulsions brutales.

Depuis qu’ils sont retournés sur une partie de leur terre ancestrale en mai dernier, leurs conditions de vie se sont améliorées et ils ont maintenant accès à l’eau potable.

Lorsque les Indiens sont expulsés de leurs terres, ils finissent souvent au bord d’une route ou dans une réserve surpeuplée où la violence, la malnutrition, la maladie et le suicide sont monnaie courante.

Les Guarani ont exprimé leur inquiétude dans une déclaration : ‘Nous avons déjà traversé des décennies de misère… à chaque instant nous pouvions être chassés du territoire que nous occupons aujourd’hui. Cette nouvelle nous plonge dans la tristesse et l’horreur’.

‘Nous voulons survivre culturellement et physiquement ici; nous voulons la protection et le soutien vital des autorités brésiliennes pour protéger de la violence les futures générations guarani de ce pays’.

Comme de nombreuses autres communautés guarani, les Indiens de Laranjeira Nanderu attendent que le gouvernement remplisse ses obligations de délimitation et de protection de leur territoire pour leur usage unique.

Survival appelle le gouvernement brésilien à annuler l’ordre d’éviction et à reconnaître de toute urgence les droits territoriaux des Guarani.