Six hommes enfin poursuivis pour le meurtre d'Indiens guarani

Six hommes sont poursuivis en justice pour le meurtre de deux Indiens guarani dans l’Etat du Mato Grosso do Sul en 2009.

Selon un procureur général, cette affaire marque une ‘étape décisive’ dans le processus judiciaire.

Genivaldo Verá et Rolindo Verá ont été victimes d’une attaque armée suite à la tentative de leur communauté Y’poi de reconquérir leur terre ancestrale aux mains de propriétaires terriens.

Le ministère public brésilien a annoncé que des propriétaires terriens et des hommes politiques étaient parmi les accusés. Les charges retenues contre eux sont : homicide, dissimulation de cadavre, utilisation d’arme à feu et coups et blessures contre une personne âgée.

L’un des accusés, un éleveur de bétail du nom de Firmino Escobar, avait également pris la communauté de Y’poi en otage en 2010, retenant prisonniers les habitants sur leur propre terre et coupant tout approvisionnement alimentaire et médical.

Survival détient un enregistrement sonore dans lequel cet éleveur nie la présence d’Indiens dans la communauté et refuse l’accès à une employée de Survival qui préférait rester anonyme.

Le ministère public s’apprête à ouvrir une autre enquête policière sur deux individus qui seraient impliqués dans l’attaque mortelle de 2009.

Rolindo Verá. Son cadavre na jamais été retrouvé après lattaque de 2009.

Rolindo Verá. Son cadavre na jamais été retrouvé après lattaque de 2009.
© Public Ministry, MS/Survival

Un Guarani de la communauté de Y’poi a exprimé sa satisfaction à un représentant de Survival : ‘C’est une très bonne nouvelle. C’est exactement ce que nous attendions’.

Les communautés guarani sont régulièrement victimes d’attaques d’hommes de main à la solde des propriétaires terriens pour les expulser de leur terre, mais les auteurs de ces crimes sont rarement appréhendés.

Le procureur général Thiago dos Santos Luz a qualifié cette décision d’étape cruciale dans ‘la lutte pour la protection effective des droits fondamentaux des Indiens guarani de l’Etat du Mato Grosso do Sul qui sont constamment victimes de violence’.

L’une des rares fois où l’assassinat d’un Guarani a fait l’objet d’un procès remonte à 2011. Il s’agissait de Marcos Veron, un dirigeant indien de renommée internationale, qui avait été battu à mort en 2003.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘Cette enquête est encourageante, mais le gouvernement brésilien devrait se souvenir qu’il reste encore de nombreux assassinats d’Indiens guarani non élucidés. Les propriétaires terriens ont longtemps attaqué les Guarani en toute impunité – les Indiens ne devraient plus vivre sous la menace parce qu’ils tentent de récupérer une terre qui leur revient de droit’.