Une organisation indigène brésilienne couronnée d'un prix prestigieux

Des Indiens makuxi revêtent leurs costumes ‘paishara’ pour assister à une réunion sur leurs revendications territoriales, Bismark, Raposa Serra do Sol, Brésil.

Des Indiens makuxi revêtent leurs costumes ‘paishara’ pour assister à une réunion sur leurs revendications territoriales, Bismark, Raposa Serra do Sol, Brésil.
© Fiona Watson/Survival

Une organisation brésilienne, le Conseil indigène du Roraima (CIR) a reçu du gouvernement espagnol le prix Bartolomé de las Casas pour l’action qu’elle mène depuis 40 ans en faveur des Indiens du Roraima, au nord du Brésil, particulièrement dans les domaines de la santé et de l’éducation.

Ce prix de 50 000 euros est attribué annuellement à des organisations ou des individus qui se sont distingués par leur action en faveur de la compréhension et de l’entente avec les peuples indigènes, de la protection de leurs droits et du respect de leurs valeurs.

Un porte-parole du CIR a déclaré : ‘Notre organisation et les Indiens du Roraima sont très honorés de cette importante reconnaissance par le gouvernement espagnol et de nombreuses autres personnes et institutions. Cette récompense nous encourage à continuer à lutter avec encore plus d’efforts pour les droits de nos peuples dans le Roraima, au Brésil et à travers le monde’.

L’une des grandes victoires du CIR a été sa campagne pour la démarcation du territoire de Raposa-Serra do Sol, qui abrite environ 20 000 Indiens de plusieurs groupes différents.

Le CIR continue de renforcer sa lutte pour les droits indigènes, en se concentrant en particulier sur le projet de construction d’un barrage dans le territoire de Raposa-Serra do Sol, et sur l’orpaillage illégal en territoire yanomami.

Son travail est crucial dans la lutte contre les intérêts politiques et économiques ainsi que le racisme auquel est confrontée la population indigène du Roraima.

Parmi les lauréats précédents figure l’organisation indigène péruvienne FENAMAD. Davi Kopenawa, chamane et porte-parole yanomami, qui lutte pour la protection du territoire yanomami contre l’invasion des orpailleurs, avait reçu une mention honorifique en 2009.