Les Penan bloquent le site du barrage de Murum

Des centaines de Penan bloquent la route menant au barrage Murum.

Des centaines de Penan bloquent la route menant au barrage Murum.
© SCANE/Survival

Au Sarawak, le siège de la route menant au barrage controversé de Murum par des centaines de Penan, est sur le point d’entrer dans sa deuxième semaine.

Brandissant des pancartes portant les slogans : ‘Nous voulons la justice’, ‘Nous revendiquons nos droits’ et ‘Stop au barrage de Murum’, les manifestants penan ont stoppé les camions transportant du matériel de construction et des citernes de ciment.

La police s’est rendue trois fois sur les lieux, appelant les Penan à démanteler le siège, mais ils ont refusé de partir tant que leurs revendications ne seront pas satisfaites. Jusqu’à présent, la police n’a pris aucune autre mesure, mais un témoin nous a informé avoir vu des renforts de police se diriger vers le site du barrage.

Lorsque le barrage de Murum sera achevé l’an prochain, il inondera les terres ancestrales des Penan. Environ 1 300 Penan ont été prévenus qu’ils devront être déplacés pour faire place au premier des 12 nouveaux barrages prévus dans l’État malais du Sarawak.

Surang Alung, président de la Commission des affaires penan Pelieran-Murum (PEMUPA) a expliqué dans un communiqué que le gouvernement n’avait pas consulté les Penan sur tous les aspects du projet de barrage. Il a ajouté : ’Nous devons défendre et faire valoir nos droits, cela fait trop longtemps que nos problèmes, notre situation et nos revendications sont négligés par le gouvernement.

Des citernes de ciment bloquées par les manifestants sur la route.

Des citernes de ciment bloquées par les manifestants sur la route.
© SCANE/Survival

La manifestation qui compte des hommes, des femmes et des enfants des 8 communautés affectées a commencé le 26 septembre. Certains dorment dans une baraque de chantier abandonnée, tandis que d’autres ont construit des cabanes provisoires – sulaps – au bord de la route.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui: ‘Le gouvernement du Sarawak méprise les droits des Penan depuis bien trop longtemps. Déjà repoussés aux limites de leurs territoires par la déforestation rampante, les Penan de Murum devront maintenant être chassés de leurs terres pour faire place à un barrage qui produira de l’électricité dont personne n’a besoin au Sarawak. Malgré ce surplus d’énergie, le gouvernement prévoit de construire onze barrages supplémentaires, combien de Penan devront être chassés de leurs terres avant que leurs voix ne soient entendues?