200 Ogiek affamés

Sur ordre du gouvernement, la police a incendié des maisons ogiek et détruit des plantations, répandant la terreur parmi les habitants. 200 Ogiek ont trouvé comme dernier refuge une église dans la région de Enoosupukia dans le district de Narok. Sans eau ni nourriture, ils n'osent pourtant pas sortir de l'église, craignant les violences de leurs bourreaux. La faim et les maladies menacent directement ces personnes.

Il y a tout juste quatre semaines, le gouvernement a annulé tous les titres de propriété de la forêt Mau, où vivent de nombreux Ogiek, projetant d'expulser plus de 100 000 personnes de ces terres. Bien qu'une Cour de justice kenyane ait ordonné au gouvernement de suspendre les expulsions, son jugement a été clairement ignoré.

Le leader de l'organisation ogiek ‘The Ogiek Welfare Council' a reçu des menaces de mort anonymes, émanant vraisemblablement de personnes ou de compagnies convoitant les terres ogiek.