Un Guarani tué dans une embuscade

Lorsquils retournent sur leurs terres ancestrales, les Guarani sont fréquemment victimes dattaques des hommes de main armés.

Lorsquils retournent sur leurs terres ancestrales, les Guarani sont fréquemment victimes dattaques des hommes de main armés.

© Fiona Watson/Survival

Un Indien guarani a été abattu hier au sud du Brésil par des hommes de main supposés être à la solde d’éleveurs qui occupent le territoire de sa communauté.

Selon le chef de la communauté de Paraguassú, Celso Rodrigues, 42 ans, ‘est tombé dans une embuscade tendue par deux hommes armés alors qu’il marchait près d’un cours d’eau. Son père est très affligé et scandalisé, comme je le suis… C’est tragique de voir nos parents mourir’.

En août dernier, les Guarani de Paraguassú avaient réoccupé une partie de leur territoire ancestral, connu sous le nom de Arroio Korá. Depuis lors, ils traversent de nombreux épisodes de violence et d’intimidation.

Un Guarani d’Arroio Korá a déclaré à Survival : ‘Nos familles ont été expulsées de ce territoire. Nous avons décidé d’y retourner parce que seule notre terre peut nous nourrir. J’ai déjà dû échapper à plusieurs tirs de balles. Nous sommes réellement accablés par les menaces continuelles des éleveurs, mais nous avons décidé de rester ici. Ils devront tous nous tuer pour nous faire partir’.

Ce dernier incident illustre l’extrême tension et la violence auxquelles les Indiens de l’Etat de Mato Grosso do Sul sont confrontés du fait de l’inertie du gouvernement dans le processus de démarcation de leurs territoires ancestraux.

Suite à la spoliation de leur territoire pour faire place à des fermes d’élevage de bétail et des plantations de soja et de canne à sucre, de nombreux Indiens sont contraints de vivre dans des réserves surpeuplées ou dans des campements au bord des routes où ils souffrent de malnutrition, d’alcoolisme et de violence.

Une délégation dIndiens terena et guarani a rencontré des ministres mercredi pour les convaincre daccélérer le processus de reconnaissance de leurs droits territoriaux.

Une délégation dIndiens terena et guarani a rencontré des ministres mercredi pour les convaincre daccélérer le processus de reconnaissance de leurs droits territoriaux.
© Survival

Le meurtre d’hier fait suite à celui d’un Indien terena par la police le mois dernier.

Rodrigues a été abattu alors qu’une délégation d’Indiens terena et guarani rencontrait des ministres à Brasilia pour les convaincre d’accélérer le processus de reconnaissance de leurs droits territoriaux que le gouvernement menace d’affaiblir dans le cadre d’une série de réformes drastiques et controversées qui ont soulevé un tollé de protestations parmi les Indiens du Brésil.

Suite à cette rencontre, les Guarani avaient déclaré à Survival : ‘Tandis que les éleveurs s’enrichissent de plus en plus en toute illégalité sur nos propres territoires, nous, les Indiens, avons faim et mourons’.

Les éleveurs ont l’intention d’organiser une manifestation anti-indienne dans la région, demain.

Survival qui mène campagne pour l’urgente démarcation des territoires guarani, appelle le gouvernement brésilien à enquêter sur ce meurtre et à poursuivre ses responsables en justice. Si les Guarani n’obtiennent pas rapidement ces terres, il faut s’attendre à d’autres pertes de vies humaines.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui :‘Le Brésil se glorifie de sa politique économique; il est célébré pour sa croissance rapide; il a l’honneur d’accueillir les Jeux olympiques et la Coupe du monde. Mais combien de personnes sont au courant de cette sombre vérité ? Dans cette ruée vers le profit à n’importe quel coût, des centaines de vies innocentes ont déjà été perdues et des milliers de modes de vie ont été anéantis. Ce récent meurtre est le dernier d’une longue série. Que fait le gouvernement pour poursuivre les agresseurs en justice et empêcher d’autres effusions de sang ? Quasiment rien’.