Nouvelles révélations par Buzzfeed : le WWF SAVAIT que la population locale s’opposait à son parc phare — mais l’a caché aux bailleurs de fonds.

Un homme d’un village proche du parc national en projet Messok Dja porte des traces de coups reçus par des écogardes soutenus et financés par le WWF.

Un homme d’un village proche du parc national en projet Messok Dja porte des traces de coups reçus par des écogardes soutenus et financés par le WWF.

© Fiore Longo/Survival

Une nouvelle enquête de Buzzfeed sur le WWF a montré que l’association savait que la population locale s’opposait à son projet phare de création d’un immense parc national au Congo — mais qu’elle avait dissimulé cette information à l’UE, qui lui avait donné un million d’euros pour ce projet.

Un consultant que le WWF avait chargé d’interroger la population locale, y compris les chasseurs-cueilleurs baka, au sujet du projet de parc national Messok Dja a découvert qu’ils étaient nombreux à s’y opposer et « [associaient] cette initiative à la montée de la répression exercée par les écogardes. »

Le rapport du consultant, obtenu par Buzzfeed, poursuit ainsi : « Ils l’associent systématiquement à l’idée qu’ils ne peuvent plus accéder à la forêt. » La population locale a reproché au WWF les actions des écogardes et a donc « par méfiance » été « très hésitante » à parler au consultant.

Ces passages ont cependant été retirés des documents soumis par le WWF à l’UE, dans lesquels il était indiqué : « Dans l’ensemble, les communautés de la zone d’étude restent favorables à la création d’une aire protégée à Messok Dja. »

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : « La dernière enquête de Buzzfeed révèle une tentative consciente du WWF de cacher à ses bailleurs de fonds le fait que de nombreux habitants s’étaient fortement opposés au parc Messok Dja.

« Cela n’aurait dû surprendre personne : tout ce qu’ils auraient eu besoin de faire était de demander leur avis aux Baka de la région, ce que Survival a fait à maintes reprises. Ils expriment constamment leur opposition et ont déjà subi d’innombrables abus de la part de gardes forestiers financés par le WWF.

« Les Baka ont eux-mêmes écrit à l’UE et à l’autre grand soutien du projet, le PNUD, pour leur dire qu’ils s’opposaient au parc.

« Si le WWF a encore une once d’intégrité, il doit annoncer maintenant qu’il abandonne son projet de transformer Messok Dja en une aire protégée et demander aux Baka comment il peut les aider à protéger les forêts dont ils s’occupent depuis si longtemps. »

Michel, un homme baka de Messok Dja, avait déclaré à Survival en 2018 : « Nous avons tant souffert. Quand vous allez dans la forêt, ils vous frappent, ils [les gardes forestiers] détruisent votre maison. Nous voulons juste être en paix dans la forêt. »