Un leader autochtone assassiné au nord de l'Amazonie

Des hommes wajãpi dans le nord de l’Amazonie brésilienne

Des hommes wajãpi dans le nord de l’Amazonie brésilienne

© Fiona Watson/Survival

Un chef du peuple wajãpi a été assassiné au Brésil.

Le corps d’Emyra Wajãpi a été retrouvé par des membres du peuple le 23 juillet. APINA, l’association des villages wajãpi, a publié une déclaration déclarant que même si aucun des Wajãpi n’avait assisté à l’assassinat, selon eux, Emyra a été tuée la veille par des personnes extérieures.

Le 26 juillet, les Wajãpi de la communauté yvytotõ – dans la région où le meurtre a eu lieu – ont signalé que des chercheurs d’or lourdement armés avaient envahi leur village. Les mineurs les ont menacés et ont occupé de force une maison des Wajãpi.

Toute la communauté s’est enfuie dans un village voisin qui ont envoyé un appel au secours à la radio pour demander de l’aide de la police fédérale. Une équipe de police est arrivée sur le territoire des Wajãpi le 28 juillet.

La COIAB, la Coordination des organisations autochtones de l’Amazonie brésilienne, a publié une déclaration dans laquelle elle exprime son indignation face aux invasions des territoires autochtones, qui sont « encouragées par les positions irresponsables, autoritaires et biaisées du gouvernement actuel – en particulier du président Bolsonaro – et de son attaque contre les droits des peuples premiers de ce pays. »

Le peuple guarani du centre-ouest du Brésil a déclaré: « Nous invitons tout le monde à se battre aux côtés des peuples autochtones contre l’attaque génocidaire qui est en cours actuellement et qui a été réactivée par le gouvernement actuel. »

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré: « Les récents commentaires du président Bolsonaro sur l’ouverture des territoires autochtones à l’exploitation minière ont encouragé les orpailleurs illégaux et d’autres envahisseurs. Il a véritablement déclaré la guerre aux peuples autochtones du Brésil. Les peuples autochtones et leurs alliés dans le monde entier n’arrêteront pas de se battre. »

Survival International condamne l’invasion illégale du territoire des Wajãpi par les orpailleurs et appelle le gouvernement à les expulser et à les traduire en justice.

Les Indiens Wajãpi ont été contactés par des personnes extérieures en 1973 lorsque la dictature militaire a rasé au bulldozer une partie de leurs terres pour la construction d’une autoroute. L’autoroute a ouvert la voie à de multiples invasions de chercheurs d’or qui ont causé une destruction immense de la forêt et propagé des maladies qui ont tué de nombreux Wajãpi.

Ils ont fait campagne pendant des années pour obtenir leurs droits à leurs terres, en les cartographiant eux-mêmes. Leur territoire a finalement été officiellement reconnu en 1996.

Aujourd’hui, au nombre de 1 500 personnes, ils dépendent entièrement des forêts et des rivières pour leur subsistance et, comme tous les peuples autochtones, ils ont un lien spirituel profond avec leur terre. Un homme wajãpi a déclaré à Survival: « Notre vie dépend de la vie de la terre et de la forêt ».