Menaces sur la reconnaissance des territoires indigènes

Le président de la FUNAI (Fondation nationale de l'Indien), considérant que les Indiens ont déjà suffisamment de terres, a annoncé que le Brésil pourrait commencer à restreindre la reconnaissance de leurs territoires.

La semaine dernière, le président de la FUNAI, Mercio Pereira Gomes, a déclaré à l'agence Reuters que le processus de démarcation puis de rétrocession des territoires indigènes touchait probablement à sa fin, ceux-ci représentant déjà 12% du territoire national.

‘C'est beaucoup' a déclaré M. Gomes à Reuters. ‘Jusqu'à présent, il n'y a pas eu de limite à leurs revendications territoriales, mais nous arrivons à une étape où la Cour suprême aura à en instaurer une'.

Seuls cinq territoires indiens ont été officiellement reconnus en 2005. A ce rythme, 45 ans seront nécessaires pour légaliser l'ensemble des terres indigènes du Brésil.

Avant l'arrivée des Européens, plus de 1 000 peuples distincts vivaient au Brésil, représentant entre 5 et 13 millions de personnes. Aujourd'hui, la population indienne s'élève à environ 350 000. Nombre d'entre eux sont privés de leurs terres, accaparées par l'élevage, les cultures de soja, les projets industriels et la colonisation.