Un patron du pétrole remet en question l'existence d'Indiens isolés

Le président de Perupetro, organisme lié au gouvernement chargé de délivrer les licences d'exploration pétrolière, a provoqué un scandale en mettant en doute l'existence d'Indiens isolés en Amazonie péruvienne.

Ses commentaires tombent alors que le gouvernement péruvien vient d'ouvrir 70% de sa forêt tropicale à l'exploration pétrolière. Une partie de ce territoire est habitée par des groupes d'Indiens non contactés ou isolés. Depuis plusieurs décennies, Survival, des organisations indigènes locales et des chercheurs ont rassemblé de nombreuses preuves de leur existence : témoignages d'Indiens locaux, observations directes, prises de contact, photographies, et même rapports sur de violents affrontements ayant eu lieu entre les Indiens et des bûcherons ou des employés des compagnies pétrolières.

Daniel Saba, le président de Perupetro, a pourtant déclaré lors d'une interview à la télévision péruvienne : "Il est absurde de dire qu'il existe des peuples non contactés alors que personne ne les a jamais vus. Qui sont ces peuples non contactés dont les gens parlent?".

N’étant pas immunisés contre les maladies importées de l'extérieur, les Indiens sont particulièrement vulnérables à toute forme de contact même bref. Plus de la moitié des Nahua sont morts après avoir été contactés pour la première fois dans les années 1980 lors de l'exploration pétrolière de leurs terres.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd'hui : "Il ne fait aucun doute que M. Saba préférerait qu'il n'y ait aucun Indien non contacté dans les zones qu'il souhaite explorer. Néanmoins, déclarer qu'ils n'existent pas relève d'une honteuse spéculation. Si, en effet, Perupetro autorise la venue des compagnies sur ces terres, cela signifie la destruction complète des Indiens qui cette fois n'existeront plus pour de bon".

Pour plus d’informations
Magali Rubino 00 33 (0)1 42 41 44 10
[email protected]