"Pas de mine sur notre territoire"

Dans une lettre qu’il a remis au président brésilien, le leader kayapó Raoni affirme : "nous n'accepterons pas de mines sur les terres indigènes".

Cette lettre, signée par les Indiens kayapó, panará, tapajuna et yudjá, fait référence à une loi actuellement débattue au Parlement brésilien qui ouvrirait les territoires indigènes à l’exploitation minière à grande échelle.

"Nous ne voulons pas de mineurs, prospecteurs, bûcherons, pêcheurs ou autres envahisseurs sur notre territoire. Nous voulons que les droits indigènes inscrits dans la Constitution de 1988 soient respectés. Le président Lula et le gouvernement brésilien doivent respecter et protéger les peuples indigènes", affirment-ils dans la lettre.

Les Indiens s'opposent également au projet d’une série de barrages hydroélectriques que le gouvernement projette de construire sur le fleuve Xingu et ses affluents : "Nous ne permettrons pas la constructions de ces barrages hydroélectriques qui détruiront nos territoires, nos ressources naturelles et la vie de nos peuples".

Ils demandent également au gouvernement brésilien de reconnaître le territoire de Kapôt Nhinore, sacré pour les Indiens mebengôkre kayapó.

Cliquez ici pour lire leur lettre (en portugais).