Les Indiens de la vallée du Javari victimes du manque de soins médicaux

Huit Indiens de la vallée du Javari, dans l'Etat d'Amazonas, dont cinq enfants, sont morts en décembre. L'organisation indigène CIVAJA, a condamné le gouvernement estimant qu’il n'avait pas fourni une assistance médicale adéquate aux communautés indiennes.

L’un des enfants, mort à l’âge de six ans, avait dû attendre deux jours avant qu'un bateau vienne le chercher pour le transférer dans le centre médical indigène de la ville d'Atalaia do Norte. Ce centre, prévu pour recevoir 35 personnes, en accueille actuellement 150.

Il y a quelques mois, les Indiens de la vallée du Javari avaient lancé un cri d'alarme, signalant que les taux de malaria et d'hépatite dans leurs communautés augmentaient de manière incontrôlée et que les Indiens isolés de la région courraient un grave danger.

La vallée du Javari est le deuxième plus grand territoire indigène du Brésil. Environ 3 000 Indiens y vivent, notamment les Kanamari, les Kulina, les Marubo, les Matsés, les Matis, les Korubo et les Tsohom Djapá et on estime qu'au moins six groupes isolés vivent dans une région reculée proche de la frontière péruvienne.