Grande manifestation d’Indiens d’Amazonie contre les barrages

Le plus grand rassemblement indien en Amazonie brésilienne depuis près de 20 ans aura lieu du 19 au 23 mai prochains à Altamira, dans l’Etat du Parà, pour protester contre un projet de construction d’immenses barrages sur le fleuve Xingu.

Plus d’un millier d’Indiens, la plupart Kayapó et Ikpeng, des riverains et des petits fermiers, se rassembleront pour manifester leur opposition au projet. Le Xingu est l’un des plus importants affluents de l’Amazone. Les Kayapó expliquent que les barrages détruiront leur mode de vie, feront disparaître le gibier et les poissons dont ils dépendent et affecteront gravement leur santé.

Les Ikpeng ont declaré : ‘Nous, peuple indigène du Xingu, nous ne voulons pas de ce barrage sur la rivière. Nous voulons les poissons, la faune et la flore, nous voulons une rivière propre, nous voulons l’eau qui nous nourrit et étanche notre soif. Nous ne nous opposons pas au progrès du pays. Nous défendons nos droits à la vie, à notre terre et à notre mode de vie.’

En 1989, lors du rassemblement historique d’Altamira, les Kayapó et d’autres peuples du bassin du Xingu avaient manifesté leur opposition au projet de construction d’une série de six barrages sur le fleuve. La Banque mondiale avait alors annulé son financement et le projet fut suspendu pendant plus d’une décennie. Le chanteur Sting et Anita Roddick, la fondatrice de Body Shop, avaient participé a cette réunion.

Ces dernieres années, la politique énergétique brésilienne s’est à nouveau tournée vers la construction de barrages en Amazonie, dont Belo Monte qui, avec une capacité de 11 181 MW, deviendrait le troisième plus grand barrage du monde. Au total, 70 gigantesques barrages sont planifiés dans le bassin amazonien pour l’année 2030.

Ailleurs au Brésil, dans l’Etat du Mato Grosso, la tribu isolée des Enanewe Nawe s’oppose à la construction de barrages hydroélectriques sur le fleuve Juruena, en amont de son territoire. Les 420 Enawene Nawe, qui ne consomment pas de viande, disent que ces barrages empêcheront les poissons dont ils dépendent d’atteindre leurs zones de reproduction.

Stephen Corry, directeur de Survival, a déclaré aujourd'hui : ‘Les grands barrages comme ceux planifiés sur le Xingu sont depuis longtemps discrédités parce qu’inefficaces et en raison de leurs effets désastreux sur les populations et l’environnement. Le gouvernement brésilien doit écouter la voix des Kayapó et des autres peuples du Xingu et abandonner ce projet’.

 

Pour plus d'informations :

Miriam Ross : (+44) (0)20 7687 8734 ou [email protected]

Pour consulter la page internet sur le Xingu : the International Rivers


Contacts au Brésil (en portugais seulement) :

Sheila Juruna, de la tribu Juruna (55) 93 9139 4388 ou (55) 93 9171 5409

Contacts d'ONG au Brésil :

- Glenn Switkes, International Rivers, (55) 35 33326809 ou (55) 11 8460 9513

- Antonia Melo e Antonia Martins – Fundação Viver Produzir e Preservar (FVPP), Altamira, (55) 93 3515 2406 ou 9904 8680 ou 9951 4030
- Dom Erwin Krautler, évêque du Xingu et président du 'Indigenist Missionary Council' (CIMI), Altamira, (
55) 93 9976 1046
- José Cleanton Curioso Ribeiro, CIMI Altamira, (55) 93 3515 2312 ou 9952 0740
- Raul Telles do Valle, Instituto Socioambiental (ISA – Socio Environmental Institute), (
55) 61 3035 5114
- Tarcisio Feitosa, CPT (Pastoral Land Commission) and Goldman Prize winner, (+55) 91 9191 5633