Le cas des Indiens isolés porté à l’ONU

Le cas des Indiens isolés du Pérou, quelques uns des derniers groupes non contactés d’Amérique du Sud, a été porté aux Nations-Unies.

Survival a soumis un rapport sur les menaces qui pèsent sur ces Indiens au Comité des Nations-Unies pour l’élimination de la discrimination raciale (CERD) dont les membres devaient rencontrer des représentants du gouvernement péruvien hier.

Survival n’ignore pas que les représentants péruviens demanderont l’ajournement de leur audition et promettront de soumettre un rapport au CERD à la fin de l’année. Le rapport du Pérou au CERD a déjà dix ans de retard.

Dans son rapport, Survival déplore que ‘le gouvernement péruvien autorise la prospection pétrolière et gazière dans des régions habitées par des Indiens (isolés) et est prêt à l’autoriser dans d’autres régions qu’ils occupent et qui sont déjà envahies par des bûcherons illégaux. Le gouvernement a échoué à faire respecter les droits des Indiens, ce qui pourrait entraîner l’extinction de beaucoup d’entre eux.’

Le rapport exhorte le CERD à ‘traiter cette question avec le gouvernement péruvien et demande un effort concerté pour la reconnaissance des droits des Indiens isolés et la protection de leur territoire.’

On estime qu’il y a environ 15 groupes d’Indiens isolés au Pérou. Ils sont extrêmement vulnérables à toute forme de contact en raison de leur faible immunité aux maladies allogènes.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd'hui : "Les Nations-Unies peuvent jouer un rôle primordial auprès du gouvernement péruvien en faveur des Indiens isolés. Cela signifie la reconnaissance de leurs droits, l’expulsion des compagnies pétrolières et des bûcherons ainsi que la garantie que personne d’autre ne pourra envahir leur territoire à l’avenir.’

Pour lire le rapport (en anglais) : Survival’s report to the UN. (.pdf file, 604kb)