Survival vise le cabinet-conseil de Vedanta

Survival International fait pression sur le cabinet-conseil en matière de responsabilité sociale – CO3, qui représente la compagnie minière Vedanta en l’exhortant à résilier son contrat avec elle dans l’intérêt des droits de l'homme. La compagnie Vedanta, dirigée par le milliardaire indien Anil Agarwal basé à Londres, projette d’exploiter une mine de bauxite sur la montagne sacrée des Dongria Kondh, dans l'Etat d'Orissa en Inde.

Le fonds de pension du gouvernement norvégien a retiré ses investissements dans la compagnie suite à une enquête menée par leur conseil d'éthique qui établit qu'une association avec Vedanta et ses filiales comporte "un risque inacceptable de complicité à de graves dégâts environnementaux présents et à venir, ainsi qu’à des violations systématiques des droits de l'homme". CO3 risque de se rendre coupable d’une telle complicité s’il continue à fournir ses services en matière de responsabilité sociale.

Martin Currie, un goupe d'investissements basé à Edimbourg, a revendu ses actions d'une valeur de près de 3 millions d'euros cette année en raison des incertitudes autour du projet d'exploitation de bauxite; le fonds de pension BP a également réduit ses participations en raison des "préoccupations au sujet de la manière dont la compagnie opérait".

Les 8 000 Dongria Kondh, l’une des tribus les plus isolées d’Inde, s'opposent avec véhémence à la mine, affirmant qu'elle détruira à jamais leur mode de vie. Vedanta compte transformer la montagne sacrée des Dongria en une vaste mine à ciel ouvert qui détruira une grande partie de la forêt encore vierge. Les Dongria Kondh ont vécu sur la montagne de Niyamgiri depuis des temps immémoriaux et dépendent entièrement de ses forêts. Ils cultivent sur ses versants, et collectent des fruits sauvages dans ses forêts denses.

Dandu Sikaka, une porte-parole dongria, a déclaré : "Nous ne pouvons vivre sans notre montagne Niyamgiri. Nous avons besoin d'elle autant qu'elle a besoin de nous."

Rahul Gandhi, secrétaire général du parti majoritaire au Congrès indien, a également dénoncé ce projet minier.

Stephen Corry, directeur de Survival International a déclaré aujourd'hui : "Ceux qui sont préoccupés par les droits de l'homme devraient boycotter les compagnies qui dépossèdent les peuples indigènes ou celles qui travaillent pour elles, tel que le cabinet-conseil britannique CO3 qui, comme Vedanta, refuse d'admettre que les Dongria Kondh risquent de disparaître."

Pour plus d’informations
Sophie Baillon 00 33 (0)1 42 41 44 10
[email protected]

Note

Survival a mené avec succès plusieurs campagnes visant les compagnies qui opèrent sur les terres des peuples indigènes sans leur consentement. Suite à la pression exercée par Survival, De Beers a vendu ses concessions d'exploitation diamantifère dans la réserve des Bushmen du Kalahari, au Botswana. Dans les années 1990, Mobil avait renoncé à ses projets de prospection pétrolière en Amazonie péruvienne, suite à une longue campagne de Survival.