Un militant des droits des Indiens isolés recherché

Un mandat d'arrêt contre l’un des plus importants leaders indigènes du Pérou a été émis suite à des accusations selon lesquelles il serait impliqué dans l’incendie d'un bureau du gouvernement régional.

Il s'agit d'Antonio Iviche Quique, président de l'organisation indigène FENAMAD et coordinateur de CIPIACI, une fédération spécialement créée pour défendre les droits des Indiens non contactés d’Amérique du sud. La FENAMAD a remporté le prestigieux prix Bartolomé de las Casas pour son action en faveur des Indiens isolés.

Antonio Iviche Quique est Arakmbut, un peuple indien dont le premier contact avec le monde extérieur, il y a environ cinquante ans, eut pour conséquence la disparition de plus de la moitié du groupe.

L’agence gouvernementale a été incendiée il y a quelques mois lors de manifestations qui furent organisées contre un projet de loi visant à faciliter la prise de contrôle des terres indigènes par les compagnies d’exploitation de ressources. Les accusations portées contre Iviche ont été sévèrement réfutées par la FENAMAD.

« Il n’y a aucune preuve… L'incendie du bureau du gouvernement régional est l’acte de personnes ayant infiltré la manifestation organisée par 'l'Alliance des Fédérations', dont la FENAMAD fait partie », a déclaré un porte-parole de l'organisation. « Les dirigeants de la FENAMAD n'ont absolument rien à voir avec cela ».